Ferrari Breadvan, le retour

Un remake de la 250 GT « Breadvan » sur base de 550 Maranello est en préparation

La rédaction | Le 11 janvier 2019 |

En savoir plus à ce sujet :

Que faites-vous quand 1) la voiture de vos rêves cote plus de 25 millions d’euros et 2) c’est un exemplaire unique qui n’est de toute façon pas à vendre ? Simple : vous lui rendez votre propre hommage avec un autre véhicule unique, conforme à vos goûts mais aussi à votre budget.

C’est en tout cas ce qu’un heureux tifoso a décidé de commander : une réinterprétation plus contemporaine de la Ferrari 250 GT Breadvan, star des courses historiques. C’est bien sûr la silhouette singulière de cette 250 GT recarrossée, dont la ligne de toit horizontale s’achève sur une poupe « Kamm tail » parfaitement rectiligne, qui lui a valu son surnom affectueux de « camionnette ».

57 ans plus tard, le designer néerlandais basé à Londres Niels van Roij – à qui l’on doit notamment une Tesla Model S shootingBrake – planche sur une « Breadvan Hommage », en partant d’une 550 Maranello de la fin des années 90.

« Notre client a vu la Breadvan triompher à Goodwood, explique-t-il. L’idée s’est imposée presque immédiatement, et la 550 est la base idéale. »

En effet, la Maranello est une GT animée par un V12 central avant, qui transmet sa puissance aux roues arrière via une boîte manuelle. Exactement comme une 250 GT. Première Ferrari biplace à être revenue à cette recette après la Daytona, la Maranello, née en 1996, n’était pas encore saturée d’assistances électroniques. Parfait pour Niels van Roij et son client, qui tiennent à la pureté des sensations.

« Nous allons ôter une bonne partie des garnitures et des isolants. Elle sera plus légère, plus éprouvante et plus communicative que la 550 originelle, exactement comme la Breadvan par rapport à la 250 GT standard. »

« Le moteur restera sans doute tel quel mais nous reverrons peut-être la puissance à la hausse pour encore plus de plaisir. La suspension et le châssis seront retouchées. Ce ne sera pas une opération lourde : nous souhaitons préserver le caractère de la 550. »

Esthétiquement, en revanche, elle s’annonce très différente. Seule le pare-brise de la 550 subsistera : les vitres latérales, les optiques et tous les panneaux de carrosserie seront inédits. Le design na pas encore été finalisé, l’équipe en étant encore aux esquisses préliminaires en attendant que le client fasse son choix.

Ce sont ces dessins qui illustrent cet article, en compagnie de la pauvre Maranello qui a donné son corps à la science pour concocter ce Breadvan du XXIe siècle. Avec un peu de chance, il sera même possible de l’apercevoir sur la route puisque son propriétaire a paraît-il l’intention de la conduire dans la vraie vie, histoire que cette boucherie ne soit pas vaine.

«Pour des raisons évidentes, ce ne sera cependant pas un daily driver, précise Niels van Roij. Elle viendra s’ajouter à la collection éclectique de notre client, entre des Renault Turbo et des hypercars. C’est un vrai passionné. »

Articles associés

Plus d'articles