Le monde de l’auto en guerre contre le Coronavirus

C'est actuellement tout le secteur automobile qui répond présent face à la crise sanitaire. Et ça fait zizir !

Cédrik André | Le 3 avril 2020 |

En savoir plus à ce sujet :

À l’heure où j’écris ces lignes, je devrais être en train de patauger dans la boue à Gaydon, au centre de l’Angleterre. Enfin… non, pas moi… pas exactement… Ok, je reprends. À l’heure où j’écris ces lignes, je devrais participer à un énième voyage de presse, à m’extasier sur les incroyables capacités de franchissement dont le nouveau Defender ferait preuve au cœur des superbes installations tout-terrain de Jaguar Land Rover dans la région de Gaydon, au centre de l’Angleterre, avant de rentrer me reposer – pardon, « écrire mon sujet » – dans un hôtel… confortable (ah… le politiquement correct…). Au lieu de ça, je suis enfermé chez moi à expliquer à ma fille que jouer les otaries en plaid sur le canapé n’est pas franchement un métier d’avenir et à tenter de faire comprendre le participe passé à mon fils qui trouve que « Hier, nous avons prendre la voiture pour partir en balade » sonne plutôt bien à l’oreille.

Si je suis à deux doigts de craquer et de demander la Légion d’honneur pour l’intégralité des enseignants de France, les constructeurs, eux, ont rapidement décidé de participer activement à l’effort commun.

À commencer donc par Jaguar Land Rover qui, de l’Australie à l’Afrique du Sud en passant évidemment par le Royaume-Uni et la France, a mis à disposition de différents organismes comme la Croix Rouge toute une partie de ses véhicules habituellement réservés à la presse, dont les tout nouveaux Defender que nous devions tester cette semaine.

Évidemment, cette initiative n’est pas isolée et d’autres constructeurs comme Opel ou Renault ont également mis à disposition de personnels soignants ou d’associations comme les Restos du Cœur des flottes de véhicules. D’autres comme Peugeot et Citroën ont fourni des centaines de milliers de masques, de gants ou de combinaisons, etc.

Et quand ce ne sont pas les marques, ce sont parfois les distributeurs comme Thivolle dans le Rhône, la Loire et en Saône-et-Loire ou Verbaere dans le Nord qui proposent de prêter main forte aux personnels médicaux.

Sans oublier certains loueurs de véhicules, des opérateurs d’auto-partage ou de parking, etc.

En Italie, Lamborghini a mis à contribution ses équipes de personnalisation d’habitacle pour confectionner des masque chirurgicaux et ses imprimantes 3D pour produire des écrans de protection

De son côté, Ford US a annoncé qu’ils allaient produire des dizaines de milliers respirateurs dans le Michigan. Les sept équipes F1 basée au Royaume-Uni (Aston Martin Red Bull, McLaren, ROKiT Williams Racing, Mercedes-AMG Petronas, BWT Racing Point, Renault DP World et Haas) ont lancé conjointement le projet Pitlane en réponse à l’appel du NHS (National Health Service), le système de santé Britannique, pour aider à produire et/ou mettre au point de nouveaux respirateurs. Ces initiatives ont déjà donné des résultats. La première réunion entre le département d’ingénierie mécanique et la branche moteurs de l’écurie Mercedes-AMG a eu lieu le 18 mars. Moins de 100 heures plus tard, le premier prototype était prêt (probablement grâce à la magie de l’impression 3D) et le 30 mars les 100 premiers exemplaires étaient en cours de livraison. Avec les autres membres du projet Pitlane, Mercedes-AMG estime pouvoir produire environ 1000 kits de Pression Positive Continue (PPC) chaque jour.

Plus simple qu’un respirateur artificiel, le kit de PPC est composé d’un masque qui englobe le nez et la bouche relié à un boîtier qui envoie un mélange air/oxygène pour réguler la respiration. Ces masques, dont certains modèles légers sont utilisés pour traiter l’apnée du sommeil, auraient permis dans certains cas, notamment en Italie, de ne pas avoir à recourir à un véritable respirateur avec intubation et sédation.

Articles associés

Plus d'articles