Citroën AMI

Partagez cet essai

Ce n'est pas une bonne voiture... parce que n'est pas une voiture. Mais ce drôle de petit engin électrique a-t-il d'autres atouts ?

Niels de Geyer | Le 8 janvier 2021 |

Note
globale

6
10

Modèle

Citroën AMI

À partir de 6 900 € (hors bonus de 900 €)

Moteur

Electrique, 8 ch, 40 Nm, batterie 5,5 kWh, traction, 1 rapport

Conso

Autonomie : 75 km

Performances

0 à 45 km/h : 10 s
Vitesse maxi : 45 km/h

Poids

485 kg

Verdict

Avec quatre roues et une vraie carrosserie, il n'y a pas plus abordable, surtout en électrique. Mais cela reste cher pour un engin infiniment moins confortable qu'une C1 en promo, pas plus rapide dans les bouchons et inutilisable hors des villes. Une version quadricycle lourd remédierait au moins à ce dernier point.

« Trop mignooon ! » À entendre les réactions des Parisien(ne)s sur le passage de l’AMI, les designers Citroën ont réussi à donner une bouille à ce tas de plastique, qui dévisse un nombre de têtes à rendre jalouse une Lamborghini. Sauf un alfiste mal luné, les sourires sont unanimes devant ce rejeton d’une Isetta et d’un téléphérique, dont le cucul est identique à la tétête, et la portière gauche à la portière droite (celle du conducteur s’ouvre face à la route).

Vitres à battant remontées, je ne rate rien des commentaires de mes fans : « Tu vois, ça, c’est la voiture du futur qu’on nous promet depuis 25 ans. » Le monsieur n’a pas tort : un engin électrique minimaliste et abordable (6 000 € bonus déduit), sans permis, pour se faufiler dans nos métropoles saturées avec plus de confort et de sécurité qu’en deux-roues. Seul Renault était jusqu’alors passé à l’acte avec la sympathique Twizy. Contrairement à cette dernière, la Citroën loge ses deux occupants côte à côte dans un véritable habitacle fermé, pour une empreinte au sol légèrement inférieure à celle d’une Smart première génération (2,41 m de long, 1,39 m de large).

Si le charme de la carrosserie est confirmé par d’innombrables œillades à chaque feu rouge, la présentation intérieure soviétoïde ferait passer une Autolib pour une Rolls. Des packs de personnalisation à 400 € permettent de l’égayer légèrement et d’y ajouter de menus rangements. Pour la sono, il faudra passer par une enceinte Bluetooth à connecter à votre smartphone. Citroën en propose une à 149 €, à poser sur un emplacement dédié de la planche de bord. Le siège conducteur est réglable en longueur, mais le volant est désespérément fixe, tout comme les dossiers très verticaux. Les fakirs salueront le moelleux des inserts en mousse qui font office de sellerie (l’AMI n’est pas câline). En revanche, la place ne manque pas. Un creux dans le plancher aux pieds du passager est censé pallier l’absence de coffre pour accueillir un bagage format cabine.

Le petit écran d’instrumentation monochrome se borne à indiquer la vitesse (bridée à 45 km/h, ce qui interdit à ce quadricycle léger d’emprunter les boulevards périphériques et autres voies rapides), la jauge de batterie (5,5 kWh, rechargeable en 3 heures sur secteur) et l’autonomie restante. En pratique, le rayon d’action de 70 km ne sera pas un problème dans un cadre d’utilisation aussi restreint.

Inutile d’attendre un quelconque coup de pied aux fesses quand les 8 ch et 40 Nm déferlent sur le train avant. Avec seulement 485 kg, l’AMI reste cependant assez vive pour ne pas frustrer en centre-ville. Et puis ce n’est pas tous les jours qu’on peut rester pied au plancher l’esprit tranquille… La suspension est raide, mais les trains roulants surdimensionnés (avec des bouts de Peugeot 208 dedans) et le ressenti de direction correct rendent la conduite plus rassurante que celle de certaines voiturettes (souvenirs émus d’un rond-point pavé en Chatenet sous la pluie).

De même, l’AMI freine fort. À tel point qu’en l’absence d’ABS, on bloque facilement les roues, et ce déjà sur le sec… La maniabilité est excellente dans l’absolu mais pas époustouflante vu le gabarit : 7,20 m pour faire demi-tour, c’est moins bien qu’une Smart Fortwo plus encombrante (6,95 m). La rétrovision symbolique (pas de rétro intérieur, rétros extérieurs de mobylette) et les angles morts des montants empêchent de surcroît d’en profiter pleinement.

Deux fois moins chère qu’une Aixam électrique, l’AMI offre des prestations rustiques mais suffisantes en ville. Elle devient donc incontournable auprès des citadins sans permis… qui tiennent absolument à s’infliger la condition d’automobilistes dans une métropole moderne, sans la liberté hors les murs. Citroën ne s’interdit pas de lancer une version quadricycle lourd (80 km/h, permis B) qui donnerait à l’AMI le soupçon de polyvalence qui lui manque.

Articles associés

Plus d'articles