Kia Sorento PHEV

Le nouveau Kia Sorento hybride PHEV est arrivé et il semble tout droit débarqué de Los Angeles.

Cédrik André | Le 5 août 2021 |

Note
globale

8
10

Modèle

Kia Sorento 1.6 T-GDi PHEV

À partir de 48 990 €

Moteur

1 bloc essence 1598 cm3 (180ch/265Nm) + 1 bloc électrique

Puissance cumulée 265ch
Couple cumulé 350Nm

Conso

1,6 l/100km
38 g/km CO2

Performances

0 à 100 km/h en 8,7 s.
Vitesse maxi 193 km/h

Poids

2055 kg

Verdict

POUR Confort, qualité de finition, rapport prix/équipement, look

CONTRE Rapport prix/image, manque de sportivité

Le nouveau Kia Sorento, c’est l’Améri’Coréen. Un peu par son gabarit généreux, 4m81 de long et 1m90 de large, et beaucoup par son design très massif, pas au sens de lourd mais d’imposant avec ses surfaces très verticales et ses lignes tendues. Sincèrement, si on cachait le logo pour demander à l’aveugle, dans la rue, de quelle marque il s’agit, on aurait plus de réponses type Lincoln, Chevrolet ou même Ford que de Kia.

En revanche, si vous vous attendiez à un gros V8 à l’américaine, oubliez. Pour cette quatrième génération, Kia a décidé (ou s’est résigné) à ne nous proposer qu’une seule motorisation, un plug-in hybride qui associe un 4 cylindres 1.6 de 180 ch à un bloc électrique de 91 ch. Sur le papier, la puissance cumulée de 265 ch semble un peu juste pour déplacer les 2055 kg du bébé mais une fois au volant, les doutes s’estompent. Évidemment, à part le « mode Sport » qui modifie légèrement la réponse à l’accélérateur et qui fait crier le moteur, rien n’est sportif dans ce gros SUV familial mais il n’a pas été conçu pour ça et ce n’est pas ce qu’on lui demande. Si vous voulez une familiale de type balistique, allez chez Audi et demandez une RS6. AIR ESSE SIX, ça fait des années qu’on vous le répète.

Non, là on est dans un SUV familial sain et bien guidé, la boîte fonctionne en toute transparence (bien qu’elle manque parfois de réactivité pour passer de marche avant à marche arrière et inversement en manœuvre), les reprises sont suffisantes mais la conduite est comme le design, très typé américaine. Ce sont clairement la douceur de fonctionnement et le confort qui priment. L’amortissement est excellent, tout comme le filtrage et l’insonorisation. En clair, ce Coréen donne envie de partir en vacances.

Il y a de la place à l’avant dans les confortables sièges chauffants ventilés, beaucoup de place derrière, sur la banquette chauffante, et même pas mal de place à la troisième rangée quand les sièges 6 et 7 sont sortis du plancher du coffre. Ces derniers bénéficient même d’une commande de clim et de ports USB. Les passagers sont choyés.

Kia s’est concentré sur la qualité et le confort, et ça paie. Les matériaux, la finition, les assemblages, le silence de fonctionnement, tout ça respire le premium et le Coréen a même évité les travers de « vouloir faire montrer » que c’est du premium en mettant du plastique qui brille façon chrome dans tous les sens, comme sur les comodos par exemple. Certains constructeurs aspirants premium n’ont pas eu cette délicatesse pour nos pauvres yeux qui ont saigné à la découverte de quelques habitacles…

Si l’offre de modes de conduite est digne d’un vrai 4×4 avec des modes boue, neige, etc, pour un hybride, on aurait aimé un mode électrique plus verrouillé (le moteur essence a tendance à se réveiller un peu trop souvent) et la possibilité d’avoir un freinage régénératif un peu plus mordant. La bonne surprise vient de l’autonomie tout électrique offerte par la batterie de 13,9kWh. Annoncée à 57 km, nous avons atteint 59 km en trajet péri-urbain.

Reste l’épineux problème de la facture. Kia souffre toujours d’un certain décalage entre ses tarifs et l’image de low cost qui lui colle toujours aux jantes. Une image un peu plus injustifiée à chaque génération. J’ai fait l’expérience moi-même. Quand j’ai annoncé à un curieux, qui se demandait bien ce que pouvait être cet engin, qu’il s’agissait d’un Kia vendu un peu plus de 62 000 €, le curieux a pouffé. Puis le curieux est monté à bord et, en voyant comment était équipé un Kia moderne, le curieux a changé de ton. Car l’une des forces des Coréens, c’est de proposer des voitures « vraiment » tout équipées. Pour ce Sorento qui débute à 48 990 €, il n’y a qu’une motorisation et quatre niveaux de finition. Le plus haut, astucieusement baptisé Premium (au moins vous savez que votre argent ne passera pas dans le name branding) est proposé à 60 990 €, les seules options cochables sont les 7 places et la peinture. Tout le reste est compris. Pas de pack Techno, de pack Sécurité, de pack Connexion… Du toit en verre panoramique ouvrant aux dernières aides à la conduite en passant par les caméras 360°, le système audio Bose, le cuir Nappa ou l’affichage tête haute, tout est compris. Sans oublier la garantie 7 ans. Oui, 7 ans même sur un plug-in hybride.

Avant de repartir, le curieux m’a demandé comment on écrivait Sorento… 

Articles associés

Plus d'articles