Mercedes-AMG C63 S Coupé

Au premier coup d’Œil, c’est la même. Au second aussi d’ailleurs. Et puis on se lance sur un circuit, et là...

Cédrik André | Le 18 novembre 2018 |

Note
globale

9
10

Modèle

Mercedes-AMG C63 S Coupé
À partir de 110 199 €

 

Moteur

V8 3982cm36 biturbo, prop.,
510ch, 700Nm

Conso

10,1l/100km, 230 g/km CO2 NC

Performances

0 à 100km/h en 3,9s, 290km/h

Poids

2070kg

Verdict

Je ne vais pas vous refaire le coup éculé de Dr Jeckyll et M. Hyde mais autant de puissance et de fun dans le luxe et la volupté Mercedes...

Madame, Monsieur, bienvenue au cœur de l’Allemagne, près de Bad Driburg, pour la présentation de la version restylée du Mercedes-AMG C63 S Coupé. Aujourd’hui, le terme restylage peut cacher tout et n’importe quoi. De presque rien, genre passage en série d’optiques full LED initialement réservées à la version “haut de gamme”, à presque tout façon refonte presque totale, parfois plus complète qu’une “nouvelle génération”, avec nouveaux moteurs, nouvel habitacle, nouvelles aides électroniques, etc. Et cette nouvelle Mercedes-AMG 63 S, alors ?!? Franchement, au premier coup d’œil, on la rangerait dans la première catégorie… Les nouveautés esthétiques se limitent à une nouvelle grille de calandre et à un diffuseur redessiné. Même chose si on se contente de survoler les chiffres de la fiche technique : même moteur, même couple, même puissance… Sincèrement, j’en arrive à me poser des questions sur la pertinence de venir jusqu’à Bad Driburg, au cœur de l’Allemagne, pour “essayer” une nouvelle calandre.

En même temps, était-il indispensable d’ajouter de la puissance ? On peut se dire que « plus, c’est jamais trop » (tiens ! je devrais en faire des T-shirts de celle-là…) mais là, sincèrement, ça ne manquait pas… Quand on propose déjà une petite écurie de 60 ch de plus que les concurrentes directes RS5 et BMW M4 Pack Compétition, on a de quoi voir venir.

Alors, quoi de neuf, docteur ? La réponse qui tient en trois lettres n’est pas le truc qui vient en premier à l’esprit quand on parle de Mercedes. Du FUN ! Le truc, c’est qu’avant ce restylage, le C63 S AMG était soit un monstre de docilité en utilisation “bon père de famille”, soit un monstre tout court version dévoreur de gomme une fois le contrôle de traction désactivé. Désormais, vous avez le choix entre neuf niveaux de monstruosité entre ces deux-là. Je m’explique, toute la gamme AMG C63 (coupé, berline break et cab) a hérité du contrôle de traction réglable apparu il y a quelques mois sur l’AMG GT R. À l’image du “Drift Mode” de McLaren (qui râle chaque fois qu’on l’appelle comme ça).

Pour rappel, le principe de ces contrôles de traction est de vous laisser jouer et glisser dans les virages en gardant une sécurité et, arrivé à un certain angle prédéfini (le côté réglable), le système intervient pour vous éviter le tête-à-queue. Selon les constructeurs, cela permet de progresser en piste en allant chercher tour après tour la limite tout en conservant un garde-fou. C’est vrai. Mais on ne va pas se mentir, c’est surtout un vrai plaisir de se jeter dans une courbe et d’aller chercher (très) volontairement la glisse en sachant que la voiture veille. Une véritable école de drift. Mais pour ça, il faut un circuit.

Et vous ne devinerez jamais ce qui se trouve à quelques kilomètres de Bad Driburg, au cœur de l’Allemagne… Mais si, un circuit ! Comme la vie est bien faite… Mis en service il y a tout juste quelques années, le Bilster Berg (à vos souhaits…) est un tracé 100 % nouveau mais qui puise son inspiration dans ce qui se fait de meilleur. Pour l’ambiance générale, un goût de mini-Nürburgring et, dans les détails, certains passages évoquent des portions de circuits connues comme… un grand gauche en descente qui rappelle furieusement le korkscrew de Laguna Seca. Ce n’est pas un circuit, c’est un grand huit !

Et ce gros bébé de C63 S Coupé se sent comme un poisson dans l’eau ici, même si j’avoue envier les pilotes AMG venus nous aider à appréhender ce circuit inconnu de… tous et qui jouaient les poissons-pilotes en AMG GT R. Mais je n’ai aucune raison de me plaindre. Malgré un circuit plein de compressions et de délestages, très souvent en  appui en courbe, le coupé C63 S est impressionnant de stabilité et d’adhérence, le train avant ne se laisse pas déborder. Autre bon point, la nouvelle boîte auto 9 rapports (oui, il y a aussi une nouvelle boîte) est tellement efficace que les palettes au volant sont reléguées au rang d’accessoires de look. Il est assez facile de gérer les 510 ch qui déboulent aux roues arrière et… évidemment, on a aussi mis la louche en sortie de courbe pour tester ce contrôle de traction réglable. Première constatation, si la poussée est impressionnante en ligne droite, il faut vraiment en mettre pour qu’elle décroche en courbe. La motricité est impressionnante. Deuxième constatation, le bruit est phénoménal ! Troisième constatation : j’avais tellement la banane en sortant de ce tour de manège que… je crois que j’ai encore un petit rictus…

Articles associés

Plus d'articles