TopGear magazine #41

Au programme de ce nouveau numéro, le nouveau Nissan Z, la dernière Aston Martin Vantage V12, le Porsche 718 Cayman GT4, le Renault Scenic Vision Concept, la Machina Hopium, la McLaren Artura, etc.

Cédrik André | Le 6 juillet 2022 |

En savoir plus à ce sujet :

TopGear magazine #41

Édito

Au moment où je rentrais de l’essai de la nouvelle McLaren Artura hybride (que vous retrouverez p. 37), le Parlement européen s’apprêtait à voter. À ma sortie de l’avion, stupeur, le vote avait eu lieu, l’info était vraie… le Parlement européen avait voté la baisse de 100 % des émissions de CO2 des véhicules légers à l’horizon 2035. 100 % de baisse. Oui, ça signifie la fin de la vente des véhicules thermiques essence et diesel. Mais aussi, et c’est un peu plus… restrictif, de tous les véhicules hybrides. Des technologies pour lesquelles les constructeurs ont dépensé ces dernières années des milliards en recherche et développement, simplement jetées à la benne en quelques secondes. C’est con, elle était vraiment bien cette Artura…

De retour de l’aéroport à bord de ma Golf GTE, j’écoute à la radio un débat sur cette décision inédite qui va impacter la vie de beaucoup d’entre nous et, parmi les intervenants, une responsable politique écolo-dogmatique qui se réjouit de ce vote et semble même penser que ça ne va pas suffisamment vite. Le journaliste lui précise que 2035, c’est “demain”. Elle rétorque que les constructeurs ont déjà commencé à négocier le virage, voire à prendre de l’avance (beau geste, NDLR) et que, pour les particuliers, ça laisse quand même un peu plus de douze ans pour se préparer. Pas faux. Mais simplement, pour rappel, à l’occasion du Mondial de l’Auto 2010, le ministère de l’Écologie et de l’Énergie prévoyait 400 000 bornes de charge sur la voie publique d’ici à 2020. Dix ans plus tard, on en était à 35 000. Arf arf arf ! Là-dessus, octobre 2020, nouvelle annonce, c’est au tour du “Plan Objectif 100 000 bornes” à échéance fin 2021. En juin 2021, nos confrères de Caradisiac annonçaient déjà que pour fin 2021 le chiffre de 100 000 bornes était illusoire ; en novembre, on savait que ce serait impossible. Fin avril 2022, nous n’étions qu’à… 60 000 bornes sur le territoire. Et on trouverait inadmissible que Mme Michu n’arrive pas à respecter des engagements pris par d’autres ?!?

Histoire que les choses soient claires, nous sommes tous d’accord, il faut limiter la pollution et personne ne se lève le matin en se réjouissant d’aller cramer du pétrole et rejeter du CO2. Mais il faut sortir du dogme du tout électrique qui est déjà une impasse. Les matériaux vont commencer à manquer et… l’électricité aussi. Alors que ceux qui militent pour la voiture électrique militent souvent aussi contre le nucléaire, début 2022, la France envisageait déjà de pousser un peu la production de ses deux dernières centrales à charbon pour compenser l’arrêt de certains réacteurs pour maintenance.

Le problème n’est pas l’électrique mais le tout électrique. Hybride, E85, hydrogène… et même moteurs essence et diesel modernes. Encore une fois, tout est question d’usage et il n’y a pas de mauvaises solutions, que de mauvaises utilisations.

Ah oui ! j’oubliais. Cette décision d’interdire la vente de véhicules neufs à moteur thermique ne vaut que pour les véhicules légers. Pas pour les poids lourds, les transports maritimes, aériens, les engins agricoles… Non, non, juste pour nos voitures.