Hennessey offre 1050 ch à la Dodge Hellcat Redeye

La muscle car la plus méchante de l’Ouest avait-elle vraiment besoin de 1 050 ch ? Probablement pas, mais personne n’a prévenu Hennessey.

Niels de Geyer | Le 12 novembre 2018 |

Si vous le vous voulez bien, commençons par prendre un moment pour nous rappeler que 1 000 ch, c’est beaucoup. Mais vraiment beaucoup, surtout pour un engin destiné à rouler sur route ouverte. Pourtant, depuis l’avènement des Bugatti Veyron et autres Koenigsegg, on a parfois presque l’impression que c’est devenu banal. Que cette barre symbolique peut désormais être franchie par à peu près n’importe quoi.

Par exemple une muscle car plus toute jeune, avec un V8 tout ce qu’il y a de plus archaïque et roturier. Voici la Dodge Challenger Hellcat Redeye et ses 1 050 ch, obtenus par Hennessey grâce à la magie du compresseur.

Issue de la Hellcat et de la Demon (sa version optimisée pour les courses de dragster), la Redeye emprunte à cette dernière son compresseur, ses bielles et ses pistons renforcés ainsi que sa pompe à essence hypertrophiée, qui rivalise en débit avec les glandes lacrymales de Nicolas Hulot. La puissance de la Demon culminait déjà à 852 ch, ce qui est généralement considéré comme suffisant.

Pas par Hennessey, qui a jugé bon de remplacer le misérable compresseur de 2,7 l de la Demon par un autre de 4,5 l. Ah oui, quand même. Résultat, la puissance atteint à présent 1 050 ch, dont 892 parviennent à passer aux roues arrière. Le nuage de fumée est inclus en série.

Petite subtilité – si l’on peut dire, dans cet océan de testostérone –, il vous faudra du carburant de course pour prétendre à ces chiffres. La Hellcat standard, avec ses voies larges, passe de 0 à 100 km/h en 3,4 s. La Redeye sera encore plus violente, mais quant à dire de combien…

Hennessey affiche ce kit à 35 000 $, ce qui paraît beaucoup pour 200 ch, mais finalement assez peu si l’on considère qu’ils viennent en renfort de 850 autres.

Articles associés

Plus d'articles