Choisissez la couleur de votre Bentley Bacalar

Le nouveau speedster de Bentley Mulliner se veut une ode au sur mesure. Et vous, comment prendrez-vous le vôtre ?

La rédaction | Le 3 avril 2020 |

En savoir plus à ce sujet :

En jaune. Ils l’ont fait en jaune ! Le département sur mesure de Bentley, Mulliner, a dévoilé au non-salon de Genève la voiture qui doit marquer son retour en tant que carrossier à part entière, et pour habiller cette démonstration de leur savoir-faire, ils l’ont peinte… en jaune.

Pardon, en « Yellow Flame ». Et il faut bien admettre que cela lui allait bien. Mais cela risque d’avoir fait bouder une partie de sa clientèle : est-ce que ce n’est pas un peu bling-bling sur ce qui devrait incarner le parangon du chic anglais, hmm ?

C’est peut-être pour faire acte de contrition que Mulliner revient aujourd’hui avec d’autres options, en expliquant pour chacune où il a puisé son inspiration. Il n’y aura que 12 Bacalar, chacune vendue un peu plus de 2 millions d’euros. Voici quelques propositions de configuration imaginées au préalable par Bentley.

Commençons avec la « Clerkenwell », associant vert acidulé et bois clair. Elle est nommée ainsi d’après un quartier huppé de Londres, mais inspirée du circuit de Brooklands. Notez le tweed et l’accastillage extérieur façon bronze. La voiture de John Steed dans le prochain remake de Chapeau Melon et Bottes de Cuir ?

Vient ensuite la « Menlo », en référence à Menlo Park, une villégiature de la Silicon Valley. Le bleu Cobalt et ses accents jaunes, associés à bord de l’Alcantara et de la fibre de carbone noirs, soulignent effectivement le côté technologique de la Bacalar. S’il l’a vue, Elon Musk est sûrement à deux doigts de se mettre au W12.

Toujours pas ? Et la « Fulton », est-ce qu’elle vous irait ? Celle-ci reprend le mobilier en bois flotté de la Bacalar qu’on aurait dû voir à Genève (celle-là s’appelle la « Randwick, en passant), mais remplace la peinture jaune par un rouge profond moins tape-à-l’œil. Elle doit son nom à un district de Chicago. Alias Windy City, la cité des vents. Pour un speedster capable de rouler à plus de 300 km/h. Subtil.

NON ? Il va peut-être arrêter de chipoter, à un moment. Que diriez-vous de la très classique « Greenwich », avec sa robe gris souris, sa sellerie rouge « balle de cricket » et encore du bois très, très ancien ?

Dernière proposition, la « Brickell », du nom du quartier d’affaires de Miami. Sonny Crockett valide la carrosserie champagne et les rappels orange de bon goût un peu partout, jantes et sorties d’échappement comprises.

Et si vous pensez que vous pouvez faire mieux, Bentley a même prévu des images à colorier vous-même. Si vous êtes particulièrement fier de votre oeuvre, tweetez-la à la marque et celle-ci la publiera peut-être sur son feed. Peut-être l’entretien d’embauche le plus facile de votre vie, qui sait.

 

Articles associés

Plus d'articles