Un jour, Bugatti a construit une EB110 « Sport Competizione » unique de 700 ch

L'EB110 SC aurait dû participer aux 24 Heures du Mans en 1996... mais les choses se sont compliquées

| Le 17 juin 2021 |

En savoir plus à ce sujet :

Bugatti n’a construit que seulement deux EB110 de course officielles. Dont une que vous connaissez déjà : l’EB110 LM (pour Le Mans) de Michel Hommell, qui a couru – vous vous en doutez – aux 24 Heures du Mans en 1994.

Mais celle-ci a été suivie d’une deuxième EB110 de course, créée en l’espace de six mois seulement sur les mêmes bases. C’est la voiture en photo ci-dessus, qui n’a quant à elle jamais participé aux 24 Heures du Mans en 1996.

Veuillez accueillir l’EB110 Sport Competizione, commandée par Gildo Pallanca Pastor, homme d’affaires monégasque et pilote automobile à ses heures. C’est ça, celui-là même qui rachètera Venturi un peu plus tard. Amoureux de Bugatti et déjà dans les petits papiers de l’usine, il demande à la marque de lui concocter cette EB110 SC fin 1994.

Elle reprend le même V12 3,5 l quadriturbo, la transmission intégrale et la monocoque en carbone mais elle est 200 kg plus légère que l’EB110 LM et « incroyablement rapide. » Selon Bugatti, la SC développe 700 ch, soit une centaine de plus que l’EB110 SS de série.

Trois exemplaires auraient dû être construits, mais une seule est finalement sortie de l’usine : la SC de Gildo Pastor. Ce dernier a commencé à l’engager en BPR (avec Eric Hélary) et en IMSA (avec Patrick Tambay), mais les problèmes sont vite arrivés. Bugatti explique qu’à cette époque – au milieu des années 90 – « le marché des supercars s’est effondré. » Les pièces se font plus rares, les dettes de Bugatti s’accumulent et les fournisseurs ne livrent plus.

Pour rappel, c’était avant que Volkswagen rachète Bugatti. À l’époque, la marque était dirigée par Romano Artioli qui l’avait ressuscitée en 1990, avant de dévoiler l’EB110 un an plus tard. Faute de cash pour payer les fournisseurs, Artioli a stoppé la production en septembre 1995. La SC, à l’usine en attente d’entretien, a été provisoirement confisquée.

Cependant, Gildo Pastor réussit à sauver la SC de la liquidation et à la récupérer. Il l’emmène à Daytona en janvier 1996 avec Derek Hill et Olivier Grouillard, mais la voiture abandonne sur un problème de boîte. puis commence à se préparer pour les 24 Heures du Mans de cette année-là. Hélas, Patrick Tambay sort lors des essais préliminaires fin avril et détruit la voiture, mettant fin au projet.

Début juin, reconstruite sur un autre châssis (racheté au liquidateur de Bugatti), elle fait cependant une dernière sortie à Dijon-Prenois au départ d’un événement hors championnat de deux heures, pilotée par Gildo Pastor et Bertrand Balas. Elle se hisse à la quatrième place des qualifications et se classe même troisième à l’arrivée de la première course, avant de terminer tristement sa carrière sur un accrochage avec une Porsche lors de la deuxième.

Par miracle, la voiture a survécu et a été entretenue par Gildo Pastor au cours des années suivantes. Il l’a vendue à un passionné quelques années plus tard et aujourd’hui, 25 ans après sa dernière course, Bugatti l’a ramenée à Dijon pour une séance photo. Admirez plutôt.

Articles associés