Au volant de la Bugatti EB110 des 24 Heures du Mans

Essayer une Bugatti EB110, c'est bien. Essayer l'unique Bugatti EB110 à avoir couru les 24 Heures du Mans, c'est mieux.

Ollie MARRIAGE • Niels de GEYER | Le 7 janvier 2020 |

1

Cette voiture est la Bugatti EB110 qui a couru les 24 Heures du Mans en 1994. Il s’agit de la seule Bugatti alignée dans la Sarthe depuis qu’une T57C y a signé la seconde victoire de la marque en 1939. Bien qu’elle ait eu besoin de cinq changements de turbo au fil de la course, elle pointait au sixième rang du classement général à moins d’une heure de l’arrivée lorsqu’une crevaison a envoyé Jean-Christophe Boullion dans les glissières à Mulsanne. À ce jour, aucune Bugatti n’a donc encore terminé la course après-guerre.

Mais l’histoire de cette EB110 ne s’est pas arrêtée il y a 25 ans. Ni à l’enceinte d’un circuit. Car cette voiture, née de la passion de Michel Hommell (comme les magazines Auto Hebdo, Echappement et Gazoline, le musée de Lohéac, ou la Berlinette), a été conçue dès le début pour recevoir une homologation routière ! Le rêve de Michel Hommell était que la voiture puisse arriver sur le circuit par ses propres moyens, et repartir de même après la course. Lors des 24 Heures du Mans, l’EB110 a malheureusement dû se contenter d’un aller simple, mais on parle tout de même de plus d’un millier de kilomètres depuis Campogalliano, la somptueuse usine Bugatti au nord de Modène, jusqu’au Circuit de la Sarthe.

Je ne roulerai pas autant aujourd’hui. Il n’en reste pas moins que je suis au volant de la seule et unique Bugatti EB110 LM, sur les collines de l’arrière-pays barcelonais. Les mots ne sauraient retranscrire toute la joie que m’a donnée cette voiture, mais je vais essayer.

En savoir plus à ce sujet :

Articles associés

Plus d'articles