Interview de Max Verstappen et Pierre Gasly

Verstappen rêve-t-il d’une F1 électrique, Gasly aime-t-il sa nouvelle Honda NSX ?

| Le 4 septembre 2020 |

En savoir plus à ce sujet :

Honda qui, est-il utile de le rappeler, est le motoriste des écuries Red Bull Honda et AlphaTtauri – excusez du peu – nous a permis, avec quelques collègues journalistes, de passer un peu de temps en visio-conférence en mode questions-réponses avec ses pilotes dont Max Verstappen et Pierre Gasly. Nos chers confrères de la presse étrangère s’étant acharnés à poser des questions très… techniques du genre « Pensez-vous pouvoir battre Mercedes au prochain Grand Prix » ou « Pensez-vous être au niveau de Mercedes cette saison » ou encore « Pensez-vous que Mercedes puisse être battu cette saison », les réponses ont souvent été passionnantes. La palme revenant à Max Verstappen qui a tué le game avec une phrase sublime qui aurait pu répondre à presque toutes les questions : « Je pense que nous serons plus rapide que les gars derrière nous et un peu plus lents que Mercedes ».

Du coup, mon confrère français, Laurent Meillaud – qui officie sur France Bleu Touraine et sur laurentmeillaud.com – et moi-même avons décidé de poser des questions moins… conventionnelles :

 

Max Verstappen

Suivez-vous le championnat de Formula E et seriez-vous intéressé par une Formule 1 100% électrique ?

Oui, je suis le championnat de Formula E, j’ai des amis qui y participent donc j’y porte un certain intérêt mais non, je ne suis pas intéressé par une Formule 1 totalement électrique parce que ça ne me plaît pas, je préfère le thermique. J’aime l’émotion procurée par les voitures que nous avons actuellement et j’espère qu’on pourra continuer pendant encore longtemps.

 

Que pensez-vous de la Série Formula 1 sur Netflix ?

La seule chose qui me dérange un peu c’est qu’au final, c’est plus une série pour les gens en dehors du paddock, pour qu’ils aient un peu plus accès aux coulisses. Mais ils rendent certains passages plus intéressant ou plus croustillants qu’ils ne le sont réellement et, quand vous répondez à une interview, ils utilisent vos réponses dans un autre contexte. Par exemple j’ai répondu à une interview après ma première victoire avec Honda en Autriche (30 juin 2019 NDLR), puis il y a eu l’Allemagne (28 juillet 2019) et le Brésil (17 novembre 2019) et certains commentaires que j’ai fait pendant cette première interview ont été utilisés pour illustrer d’autres images comme la première course de la saison en Australie (17 mars 2019) ou d’autres trucs comme ça. Et j’ai entendu d’autres pilotes dire la même chose. Évidemment, les ingénieurs et les autres membres de l’équipe savent exactement ce qu’ils m’ont dit à chaque course et, quand ils regardent les images, ils voient que ça ne colle pas et ils savent que je n’ai jamais dit ça pendant ce Grand Prix. Donc ils pimentent les choses avec des trucs qui se sont passés pendant un autre week-end. Je ne trouve pas ça très correct et je n’aime pas ça. Je suis un gars très réaliste, objectif et honnête et je ne veux pas que les choses soient pimentées pour augmenter l’audience. Je préfère que ce soit la vraie histoire.

 

Pierre Gasly

Que pensez-vous des nouvelles technologies hybrides, électriques, etc ?

Ce sont évidemment des choses sur lesquelles nous devons travailler et je pense que la Formule 1, en tant que qu’élite des sports mécaniques, joue son rôle. On ne le reconnaît d’ailleurs probablement pas assez puisqu’avec tout le développement des dernières années nous avons des moteurs hybrides, nous consommons beaucoup moins de carburant que par le passé, nous sommes beaucoup plus efficients et tout ce développement se retrouve directement dans les voitures de série. L’évolution de la technologie est accélérée en partie grâce à la Formule 1. Je pense que nous jouons un vrai rôle et le monde de la Formule 1 en est conscient. Après, sincèrement, je suis partagé. D’un côté j’ai commencé à regarder la Formule 1 avec des V12 et pour moi il n’y a rien de plus excitant et de plus beau que le son de ces moteurs, j’ai encore des souvenirs de Monaco que je n’oublierai jamais. Mais d’un autre côté, il y a un vrai sujet sur demain et les technologies du futur, et sur les développements que nous allons devoir apporter pour un meilleur avenir, donc il faut équilibrer tout ça. Je pense que les objectifs fixés par la Formule 1 pour 2030 sont très stricts mais je trouve que c’est une bonne chose et j’espère que nous pourrons les atteindre. Mon but en tant que pilote F1 est de piloter la voiture la plus rapide et la plus excitante possible. Mais pour les voitures de série, l’objectif n’est pas le même, il faut principalement se rendre du point A au point B, ce qui ne nécessite pas forcément les mêmes choses que ce dont nous avons besoin en Formule 1.

 

Puisqu’on parle de voiture de série, je crois que vous roulez au quotidien en Honda NSX ?

Oui, c’est probablement l’une des meilleures hypercars actuellement sur le marché. J’ai toujours été un gros fan de la NSX. Non seulement pour la voiture elle-même, mais aussi parce le fait qu’Ayrton Senna, qui est l’une de mes idôles, ait participé au développement de la NSX originelle dans les années 90, la rend encore plus désirable pour moi. C’est une voiture géniale. J’adore son design, j’adore sa puissance. J’ai eu la chance de la piloter sur le circuit de Motegi quand je courais en Super Formula au Japon et depuis je me suis dit que j’aimerais en avoir une pour tous les jours donc je suis vraiment très content d’en avoir une actuellement.

 

En parlant de supercars, que diriez-vous de pouvoir en développer une, par exemple avec Honda ? Une nouvelle NSX ?

J’adorerais ça ! Je suis un gros, gros fan des hypercars et supercars. Je m’y intéresse depuis que je suis tout petit et je trouve que les hypercars ont récemment franchi un nouveau cap en terme de design et de technologie. L’Aston Valkyrie en est un bon exemple et Red Bull était impliqué dans l’aventure. Ils amènent ça à un autre niveau et, évidemment, en tant que pilote de Formule 1, j’aimerais être impliqué dans ce genre de développement dans les années à venir.

 

Articles associés