L’Audi RSQ8 est officiellement la calandre la plus rapide d’Outre-Rhin…

... ou le plus gigantesque 4x4 disponible sur le marché pour ceux qui ne peuvent pas s'offrir un Lambo Urus !

Cédrik André | Le 21 novembre 2019 |

En savoir plus à ce sujet :

Le nouvel Audi RSQ8 n’est pas seulement la première automobile de l’histoire à être vendue de série avec un masque de hockey. Il affiche également des perfs proprement hallucinantes ! La question est : ces chiffres suffiront-ils à faire oublier son physique de « z’avez-vu-comment-qu’il-est-gros-mon-SUV-petites-gens-d’en-bas » ?

On dirait un Urus en costume d’Audi… En gros, c’est un peu comme si la p’tite frappe qui parle fort dans la rue et qui sort avec votre fille s’était déguisé en costume cravate pour venir faire votre connaissance un dimanche midi. Mais même un tank de course… reste un tank.

Sous le blindage… pardon, le capot, on trouve un gros V8 TFSI 4,0l. biturbo proche de celui du Lamborghini Urus qui annonce 600ch (50ch de moins que chez Lambo) et 800Nm. Ça, c’est quand il utilise ses 8 cylindres puisqu’en vitesse de croisière, il peut en désactiver la moitié histoire d’économiser un peu de carburant. Cette sorte d’Audi RS6 sur échasses promet le 0 à 100 km/h en 3,8s. et une vitesse de pointe de 305km/h soit… 2 dixièmes de plus en accel’ et exactement la même bride électronique en pointe.

Bien évidemment, ce gros bébé tout vert (vous pourrez choisir une autre couleur rassurez-vous !) est bourré d’électronique pour pouvoir vous faire croire qu’il est plus petit, plus léger et plus agile qu’il n’en n’a l’air. Sous cette panoplie de Hulk se cache toute une armée de docteurs Banner qui gèrent non pas les rayonnement Gamma, mais les quatre roues directrices, le système anti-roulis actif ou encore la suspension adaptative chargée de rendre acceptables les jantes de 23”, de monter l’ensemble de 50mm en off-road ou de le baisser de 40mm sur autoroute.

Tous ces systèmes sont alimentés par un réseau 48V. C’est simple, si Audi a mis tout son savoir faire et sa technologie dans son RSQ8, c’est parce qu’il ne s’agit que du second modèles Q (rien à voir avec James Bond) badgé RS après le RSQ3. Si ce dernier était une sorte de compacte sportive sur-surélevée, le RSQ8 est plutôt un Urus déguisé en Bane. Pourtant, Audi a bien tenté de lui faire suivre un régime comme avec ses étriers 10 pistons qui mordent dans des disques céramique qui permettent de gagner 12kg à chaque coin !

TopGear a cuisiné les ingénieurs qui ont mis au point ce géant vert (oh oh oh… rien à voir avec Noël !) et ils ne nous ont pas caché à quel point il a été difficile d’obtenir des performances et un comportement dignes de leur cahier des charges avec ce colosse de 2,3 tonnes. Il semble même qu’à un moment ils aient envisagé d’élargir les voies façon Audi RS6 mais… le Q8 fait déjà 1993mm de large et le tunnel de peinture de l’usine ne peut pas accueillir d’engin de plus de 2m de large. On a eu chaud !

Articles associés

Plus d'articles