L’Aston Martin DBX707 est le SUV le plus puissant du monde

Par rapport à ses concurrents, ce DBX de 707 ch est aussi "un sabre au milieu des masses d'armes", promet Aston Martin. Tout un programme...

La rédaction | Le 2 février 2022 |

En savoir plus à ce sujet :

Non seulement l’Aston Martin DBX était arrivé longtemps après le début de la bataille, mais ses 550 ch apparaissaient quelque peu rachitiques face aux 635 ch d’un Bentley Bentayga Speed, aux 650 ch d’un Lamborghini Urus ou aux 640 ch d’un Porsche Cayenne Turbo GT. Problème réglé : le revoilà dans une version DBX707 (tout attaché, parce que) qui, comme son nom l’indique, peut désormais regarder de haut n’importe quel autre super-SUV grâce à ses 707 ch.

Pas d’hybridation ici comme sur un Porsche Cayenne Turbo S E-Hybrid (680 ch), mais toujours le V8 4.0 biturbo AMG, musclé pour gagner 157 ch et 200 Nm (soit 900 Nm). De nouveaux turbos, une nouvelle gestion électronique, une boîte automatique à 9 rapports désormais « à embrayage humide » pour encaisser le surcroît de couple tout en améliorant la réactivité, emballez, c’est pesé.

Cela se traduit par un 0 à 100 km/h en 3,3 s. C’est 1,2 s de mieux qu’un DBX tout court, 0,2 s devant un Urus et aussi bien qu’un Cayenne Turbo GT. La vitesse de pointe s’établit maintenant à 310 km/h (+19 km/h), ce qui lui permet de coiffer au poteau le Bentley Bentayga Speed pour devenir le SUV le plus rapide du marché. En attendant que le Ferrari Purosangue vienne potentiellement mettre tout le monde d’accord dans les mois qui viennent…

Et le DBX n’est pas juste un rhinocéros sous anabolisants, promet Aston. La direction a été revue, la suspension pneumatique et l’antiroulis actif peaufinés pour réduire les mouvements de caisse, tout comme le différentiel électronique arrière au profit de l’agilité. Pour freiner tout ça, Aston Martin a fait appel à de monstrueux disques carbone-céramique de 420 mm à l’avant et 390 mm à l’arrière, cachés derrière de nouvelles jantes 22 pouces (23 en option).

Vous aurez noté la calandre qui descend maintenant au ras d’une nouvelle lèvre de bouclier, les nouvelles ouïes, le gros becquet de hayon, le nouveau diffuseur arrière entre deux paires de sorties d’échappement agrandies, et l’accastillage noir brillant. Subtil…

L’intérieur est lui aussi revu, notamment avec des sièges sport de série et une finition en chrome sombre. Mais comme tout le reste, ce sera intégralement personnalisable en faisant appel au département Q, qui se propose d’ores déjà de « repousser les limites du désir ». Ou celles du goût, c’est vous qui voyez.

 

Articles associés