La Polestar Precept est *vraiment* écolo

Moteur électrique, mais aussi sièges en bouteilles en plastique et tapis de sol en filets de pêche : la voiture 100 % Greta-compatible ?

La rédaction | Le 26 février 2020 |

En savoir plus à ce sujet :

Enfin une Polestar qui ne ressemble pas à une Volvo. Officiellement, c’est un concept, mais la marque promet qu’il est réaliste. On ne sait rien de sa motorisation sinon qu’elle est entièrement électrique.

Polestar préfère parler de ce qui se cache derrière les portières à ouverture antagoniste de cette grande berline. Son empattement de 3,10 m, 14 cm plus long que celui d’une Tesla Model S, devrait laisser plus de place qu’il n’en faut pour des jambes ainsi que des batteries.

Le plus intéressant, ce sont les matériaux qu’on trouve entre les deux essieux, dont des composites à base de lin qui permettent de gagner 50 % en poids et d’utiliser 80 % de plastique en moins pour les dossiers de siège et les panneaux intérieurs. La garniture des sièges est composée de bouteilles plastiques recyclées, celle des accoudoirs et des appuie-tête de liège, tandis que les tapis de sol sont faits à partir de vieux filets de pêche.

« Precept est une déclaration, une vision de ce que porte Polestar et de ce qui donne son sens à la marque, commente le patron Thomas Ingenlath. Cette voiture est une réponse aux défis clairs auxquels notre société et notre industrie sont confrontées. Ce n’est pas un rêve d’un futur lointain. Polestar Precept annonce de futurs véhicules et montre comment nous pouvons innover pour réduire notre impact environnemental. »

Vaste programme. Passons à la technologie. La calandre est remplacée par une « SmartZone », qui regroupe nombre de capteurs. Un lidar, dispositif vital pour la conduite autonome, est posé à l’avant du toit. Ça détonne un peu, mais c’est toujours mieux intégré que l’arsenal qui coiffe les prototypes XC90 autonomes.

L’aérodynamique soignée profite à l’autonomie. On note un système type S-Duct à l’avant, qui canalise l’air depuis le spoiler, derrière le museau jusque par-dessus le capot. La silhouette s’achève sur une poupe barrée d’un bandeau de feux, qui se prolonge à la verticale sur les coins de de cette Kamm tail. Pas besoin de glace arrière ou de rétroviseurs, il y a des caméras partout. Mais ça, on en reparlera sur la route, si vous voulez bien.

Exposé la semaine prochaine au salon de Genève, le Precept marque peut-être les vrais débuts de Polestar, avec un style qui diverge enfin (et diverge, c’est énorme ©) de celui du vaisseau mère Volvo. Vous aimez ?

Articles associés

Plus d'articles