Rétro Gaming : Stunt Car Racer (1989)

Des Buggies de courses, de la vraie 3D, des pistes perchées à plusieurs dizaines de mètres, des sauts et... pas de barrières. Bienvenue dans Stunt Car Racer.

| Publié le : 3 septembre 2022

Si vous n’avez pas connu Stunt Car Racer, laissez-moi vous le décrire. Il s’agissait d’une course contre la machine en 1 contre 1 à bord d’un engin mi-buggy, mi-dragster sur des pistes de grand-huit façon Tonnerre de Zeus XXL. Certes, dit comme ça, ça ne sent pas forcément le hit. Mais si je vous dis que derrière ce jeu se cachait un certain Geoff Crammond, véritable génie et créateur de la série de simulateurs de F1 Formula One Grand prix, j’ai votre attention ? Tant mieux.

Le but premier de Stunt Car Racer était donc de… rester sur la piste, toute sortie étant immédiatement sanctionnée par une chute de plusieurs dizaines de mètre et de plusieurs secondes avant d’être treuillé et remis en piste par des chaines (mais mais mais… ne serait-ca pas de là qu’est venue l’idée du nuage/commissaire de piste de Mario Kart ?!?).

Le gros atout de Stunt Car Racer était son moteur physique, aussi réaliste que son environnement était improbable. Ce qui demandait un pilotage vraiment fin sur les circuits, véritables roller coasters où s’enchainaient bosses, sauts, descentes vertigineuses et virages relevés. Et pour corser le tout, Geoff a eu la bonne idée d’ajoute un paramètre assez vicieux. En cas de gros chocs, le buggy subissait des dégâts symbolisés par une fissure qui progressait sur la structure tubulaire du cockpit au premier plan. Il ne suffisait donc pas de foncer car si vous arriviez trop vite en haut d’une côte, atterrir 30 mètres plus bas, même sur la piste, engendrait de gros dégâts.

Chaque circuit était complètement dingue mais la palme revient très certainement au très bien nommé Saut à ski dans lequel, à chaque tour, vous vous retrouviez a tenter un saut de la mort après lequel vous passiez plus de cinq secondes à vous demander si vous alliez retoucher terre un jour. Impressionnant ! D’autant plus impressionnant qu’un autre coup de génie de Geoff a été de mixer 2D et 3D à l’écran. Si la piste et votre adversaire était bien en 3D (de l’époque…), l’intérieur de votre buggy ainsi que les roues et un gros V8 s’affichaient en 2D au premier plan pour un résultat hyper immersif. Ok ce n’est pas un Playstation VR mais on est en 1989 ! 

Top Gear
Newsletter

Recevez les dernières news, tops et exclusivités sur votre adresse e-mail.