Le Toyota bZ4X a un nom de captcha mais sera-t-il un bon SUV électrique ?

Toyota est à la bourre à la fête du SUV électrique mais ce bZX4 co-développé en partie avec Subaru pourra-t-il rattraper les choses ?

| Le 1 novembre 2021 |

En savoir plus à ce sujet :

Le Toyota bZ4X, c’est quoi ? Très proche du concept qui l’annonçait au mois d’avril, il s’agit du premier SUV 100% électrique à batteries du géant nippon. Il sera proposé en deux versions deux et quatre roues motrices, la première affichant une autonomie intéressante de 450 km avec un moteur 150 kW (204ch), 265Nm de couple, une vitesse de pointe limitée à 160 km/h et le 0 à 100 km/h en 8,4 s.

Quant à la seconde, co-développée avec Subaru, elle s’appuie sur des prétentions off-road. Une approche originale qui pourrait bien payer. Au programme un moteurs électrique de 80kW sur chaque essieu pour une puissance cumulée de 217,5 ch (précis…) et 336 Nm, la même vitesse de pointe ey un 0 à 100 km/h un poil plus véloce en 7,7 s. Mais surtout cette version plus baroudeuse proposera un système baptisé XMODE proposant différents modes de conduites spécifiques pour les terrains délicats (moins de 20 km/h) voire le franchissement (moins de 10 km/h).

Je sais ce que vous pensez… depuis la ligne de cet article, vous vous dites qu’on s’est gouré, ça ne peut pas être LE PREMIER SUV électrique de Toy… Bah si ! Mais alors pourquoi, vous demandez-vous fébrilement ! Pourquoi le pionnier de l’électrification automobile à grande échelle, après plusieurs décennies d’hybridations, a-t-il tant attendu avant de dégainer son SUV à piles ? La réponse est simple, Toyota voulait simplement prendre son temps pour viser juste. Il est d’ailleurs intéressant de noter que, si Toyota a été pionnier dans l’hybridation, il est l’un des rares groupes automobiles à ne pas avoir annoncé en grande pompe l’abandon du thermique et le passage au tout électrique en mode profession de foi la main sur le cœur, juré, craché, si j’mens j’paye une taxe carbone. Non, Toyota prend son temps et semble décider de son propre calendrier sur la base du bon sens sans se le laisser dicter par les tendances, les institutions ou les gouvernements.

« Toyota s’est appuyé sur près de 25 ans d’expérience dans le développement de batteries haute capacité pour s’assurer que le bZ4X ne se contente pas d’annoncer une autonomie confortable, mais qu’il puisse assurer que cette capacité perdure années après années. » nous a-t-on dit. La batterie 71kWh ne perdrait que 10% de capacité après 10 ans ou 240 000 km.

La charge rapide 150kW est de la partie pour pouvoir passer récupérer 80% de batterie en 30 minutes, tout comme toute une flopée de technologies embarquées qui pourront même être mises à jour automatiquement sans fil (OTA).

Vous manquez de repères ? La chose que vous avez sous les yeux fait sensiblement la même taille qu’un Rav4 avec des porte-à-faux plus courts et un empattement plus long pour améliorer la tenue de route et l’espace intérieur, et les 452 l du coffre sont une bonne mesure autant pour un véhicule tout électrique que pour une familial. Quant au look… les ailes noires sont une lubie de design qui permet de sortir du lot. Future mode ? Difficile à dire mais… j’ai croisé un VW Sirocco avec des ailes stickées noir mat pas plus tard qu’hier. L’ambiance était plus racing que baroudeuse mais bon. Et puis, perso, je trouve ce dessin trop Lexus pour une Toyota mais les goûts et les couleurs…

 

Articles associés