L’Alfa Romeo Tonale est (enfin) arrivé !

Cet Alfa Romeo Tonale, on l’attendait avec impatience depuis la présentation du concept mais… Alfa l’attendait encore plus que nous.

| Le 8 février 2022 |

En savoir plus à ce sujet :

Le lancement d’un nouveau modèle Alfa Roméo n’est pas chose courante, c’est pourquoi nous sommes heureux de vous… le présenter. Oui, le et pas la, car il ne s’agit pas d’une berline mais d’un SUV. Un SUV compact familial pour être précis. Oui, forcément d’un coup… vous vous dites encore un SUV compact. Oui mais ne partez pas tout de suite. Déjà parce que c’est un très joli SUV compact. Et en plus, c’est quand même un nouveau modèle Alfa ! Voici donc l’Alfa Romeo Tonale.

Vous vous souvenez forcément du concept Tonale présenté à Genève en 2019 ? Cette version de série en a conservé le nom et les lignes. Mis à part, évidemment, les quelques ajustements inévitables du passage à la grande série. Roues plus petites, optiques plus grandes et l’apparition de vrais essuie-glaces et de poignées de portes. Mais l’essentiel est bien là.

Sous le capot, les Alfa Romeo Tonale Français n’auront pas le droit au diesel. Il faudra choisir entre les version hybride ou plug-in hybride. L’hybride « simple », dont le bloc thermique sera doté d’un turbo à géométrie variable, proposera deux niveaux de puissance à 130 et 160 ch aux roues avant. Quant au plug-in hybride, le plus sportif de la gamme (au lancement), il offrira 275 ch aux quatre roues.

Là, vous vous demandez surement ce qu’Alfa vient faire sur ce segment. Alfa Romeo qui à une (lointaine) époque rivalisait avec Bentley, Rolls ou Bugatti, Alfa qui a inventé les berlines sportives modernes, Alfa qui a régalé le monde de coupés plus sensuels, émotionnels et séduisants les uns que les autres.

En fait, Alfa a un problème. Ils ont beau proposer une sublime berline sportive et l’un des SUV les plus agréables à conduire du marché… il n’arrivent pas à les vendre. Ils mériteraient pourtant. Souvent plus que certains concurrents. Mais on n’est pas là pour se fâcher ou dire du mal. Alors pourquoi Alfa n’arrive pas à prendre sa place sur le marché ? Autant demander direcement au patron, Jean-Philippe Imparato, ex-patron de Peugeot. « J’ai besoin de stabilité. Je dois nourrir le profit d’Alfa Romeo. Je ne peus pas rester en dehors du plus gros segment de marché au monde. Et quels sont les deux segments qui progressent le plus ? Les SUV des segment C (celui du Tonale) et B (la taille en dessous).

En clair, Tonale est là pour offir à Alfa une bouffée d’air frais et stabiliser le navire. Pour le moment, Alfa vend trop peu de voiture pour justifier de nouveaux investissements sur le marché des sportives. Et si vous savez lire entre les lignes, vous aurez compris que ce Tonale n’est pas le dernier SUV pour Alfa. Un autre plus petit, du segment B, arrivera d’ici 2024. Il proposera une motorisation thermique ou 100% électrique en se basant sur la plateforme du Peugeot 2008.

Pour vendre toutes ces voitures, Alfa aura aussi besoin de travailler son image. C’est déjà ce qui se passe avec Guanyu Zhou, pilote chinois de l’écurie Alfa Romeo. En faisant ses débuts en 2022, il est le premier chinois à participer au Championnat du Monde de Formule 1. Zhou aidera alfa à conquérir le marché chinois. En plus d’apporter quelques millions de cash à l’écurie.

Et puisqu’on parle budget… Alfa n’a pas les moyens de développer autant de voitures que ses concurrents. Et encore moins plusieurs motorisations pour chaque modèle. C’est pourquoi, après ce petit SUV en 2024, c’en sera terminé du thermique. Toutes les Alfa qui suivront seront 100% électrique. Alfa sera la première marque du groupe Stellantis (et ça commence à faire du monde…) à utiliser la nouvelle plateforme du groupe permettant une autonomie de 800 km avec des batteries de 118kWh à 800V. « D’après ce que nous savons, je ne vendrais plus que des voitures électriques après 2027. » Avec 14 marques, Stellantis aura de quoi persister avec le thermique ailleurs.

« Pour Alfa Romeo ce sera electricoleggero (électrique léger). Ça devra être un scénario de substitution. Donc lorsque vous passez à l’électrique, vous devrez avoir le même niveau d’autonomie et le même temps de charge (NDLR qu’un plein d’essence), tout en conservant le toucher de route et l’identité Alfa Romeo. Conserver la griffe Quadrifoglio à condition que je puisse obtenir les performances et la maniabilité qu’il faut. Et, en parallèle, travailler sur quelques voitures en édition limitée parce que nous devons pérenniser le rêve.

Si le marché le réclame, l’Alfa Romeo Tonale pourra être converti en 100% électrique. Il repose sur une version très modifiée d’une plateforme Jeep avec de nouvelles suspensions, de nouveaux moteurs, de nouveaux systèmes électriques et électroniques et beaucoup plus d’aluminium. Et comme cette Jeep avait utilisé une plateforme de Giulietta modifiée… c’est plus un retour chez Alfa qu’un emprunt à Jeep.

Imparato qui est arrivé tard dans le développement du Tonale l’a retardé pour améliorer l’autonomie en électrique et le comportement routier. Pour ça, il a récupéré l’équipe en charge de la suspension de la Guilia GTA. Et Imparato ajoute : « Nous travaillons sur un Tonale Quadrifoglio mais on n’appuiera pas sur le bouton tant que nous n’aurons pas atteint le meilleur niveau de performances. »

Alfa Romeo Tonale

En ces temps de cryptomonnaie et de blockchain, le Tonale ajoute une innovation technologique inédite. Chaque Tonale aura son propre NFT. Il stockera toutes les données de production, les options… et ensuite les données d’utilisation comme le kilométrage, le nombre de cycles de charge, etc. Ça augmente la sécurité, la traçabilité et ça devrait aider à faire progresser la valeur résiduelle. Bref, ça créé de la stabilité et avec ce Tanole, c’est ce qu’Alfa Romeo rechrche.

 

Articles associés