Cette DB5 Shooting Brake a été conçue spécialement pour le chien du patron

David Brown voulait voyager en Aston Martin DB5 ET avec son toutou. Mission accomplie

La rédaction | Le 8 août 2019 |

En savoir plus à ce sujet :

« Construisez-moi quelque chose où il puisse s’asseoir ». « Il », c’est le chien de chasse avec lequel David Brown, emblématique patron d’Aston Martin de 1947 à 1990 (DB, c’est lui), déboule lors d’une réunion de ses ingénieurs. Et « quelque chose », ce sera le chef-d’oeuvre que vous avez sous les yeux : la DB5 Shooting Brake.

David Brown en avait marre de voir la brave bête mâchouiller les sièges de sa DB5 de fonction, et voulait un vrai coffre pour pouvoir transbahuter ses affaires de chasse et de polo. Séduits par le résultat, certains clients réclament la même. Mais comme l’usine est déjà bien assez occupée avec la production de la DB5 standard, David Brown s’adresse au carrossier Radford qui convertit 12 exemplaires en breaks de chasse – l’expression avait tout son sens à l’époque –, dont quatre en conduite à gauche.

Selon Radford, tout ce qui est derrière le pare-brise a du être modifié pour accueillir un toit rallongé et un hayon. Le coffre culmine désormais à un peu plus de 1 100 litres une fois la banquette arrière rabattue, pour le plus grand bonheur du chien-chien à son pépère. Si vous voyez une façon plus chic de débarquer avec setter et fusil, prévenez-nous.

L’exemplaire qui illustre cet article a été acquis par un Suisse en 1965, et utilisé quotidiennement pendant les trente années suivantes. Parfaitement : cette Aston DB5 Shooting Brake on ne peut plus exclusive, rare et cool était un daily.

Après la mort de son premier propriétaire, elle est vendue en 2003 à un de ses compatriotes qui la confie à Aston Martin pour une restauration complète. La peinture Cumberland Grey est remplacée par un Grigio Quartz, la structure renforcée, et les feux de DB6 troqués contre des feux de DB5, comme sur la DB5 Shooting Brake originelle de David Brown. Aston Martin en profite pour réaléser le six cylindres en ligne à 4,2 l, et l’associer à une boîte automatique ZF à cinq rapports.

Cédé en 2009 à un troisième propriétaire (toujours en Suisse), elle passe alors à 4,7 litres et gagne un triple carburateur, une suspension revue et des jantes 15 pouces.

Après avoir passé sa vie entière en Suisse, cette merveille sera mise aux enchères par RM Sotheby à Monterey entre le 15 et le 17 août. Prix estimé : 1,4 million de dollars.

Bravo le chien.

Articles associés