L’Audi e-tron GT est la cousine germaine de la Porsche Taycan

0 à 100 km/h en 3,5 s pour ce coupé 4 portes 100 % électrique.

La rédaction | Le 29 novembre 2018 |

Nouveau salon, nouvelle Audi e-tron. Un vrai raz de marée ces derniers mois, entre l’e-tron SUV, l’e-tron Sportback, la supercar PB18 e-tron ou l’Aicon 100 % autonome. Le message d’Audi est clair : ils mettent le paquet sur la voiture électrique, et ils arriveront à destination avant les autres. Enfin, sauf Tesla. Tandis qu’ils saturent l’air automobile ambiant à coup de concepts et de nouveautés, BMW et Mercedes doivent travailler d’autant plus dur pour se faire entendre.

Et la tendance ne semble pas près de s’inverser. D’ci 2025, Audi aura ajouté 12 voitures électriques à sa gamme, sous des formes hétéroclites. L’an passé, la marque a vendu plus d’1,8 million de voitures. Dans sept ans, elle prévoit qu’un tiers, soit 600 000, seront électriques. Si ça se confirme, beaucoup de choses vont changer autour de nous.

Ce que nous n’avons pas encore vu chez Audi, c’est une voiture électrique accessible. Ce n’est pas l’e-tron GT qui va y changer quelque chose. Même si ce n’est qu’un concept pour le moment, elle arrivera en production fin 2020, au côté de l’e-tron SUV (en concession début 2019) et l’e-tron Sportback (fin 2019).

L’e-tron GT a été « développée en étroite collaboration avec Porsche », précise Audi. Nous irions plus loin. En dessous, il s’agit fondamentalement d’une Taycan, la voiture que l’on connaissait autrefois sous le nom de Mission E. Elle y est très similaire par sa taille, sa philosophie et sa puissance. Même visuellement, les deux autos ne sont pas si éloignées. Bien sûr, la Porsche sera sans doute un peu plus performante, plus basse et plus sportive.

L’e-tron GT embarque un pack de batteries de plus de 90 kWh dans son plancher, entre les essieux. La puissance de l’ensemble s’élève à 590 ch, pour un 0 à 100 km/h en « environ 3,5 s » et un 0 à 200 en « un peu plus de 12 s » (les mêmes chiffres que chez Porsche, sauf qu’à Zuffenhausen on précise « moins de »). La vitesse de pointe est bridée à 240 km/h, l’autonomie dépassera selon Audi les 400 km en WLTP, et le système de charge à 800 volts autorisera 80 % de recharge en 20 minutes.

L’e-tron GT s’intéresse tout particulièrement à la récupération d’énergie au freinage. Jusqu’à 0,3 g, les freins à disque en céramique ne seront pas sollicités puisque la voiture se contentera d’inverser la polarité de ses moteurs électriques. Cela devrait suffire 90 % du temps, avec l’aide des palettes au volant pour moduler ce frein moteur. Rien de bien neuf, un Hyundai Kona EV en dispose déjà. Il y a un coffre de 450 litres et un petit espace supplémentaire de 100 l sous le capot avant, très à la mode en ce moment.

L’habitacle se revendique végétalien avec son cuir synthétique, ses inserts en tissu microfibre recyclé sur la sellerie et les montants, sans oublier les tapis de sol fabriqués à partir de filets de pêche usagés (ils ont enlevé les bouts de dauphins avant).

Même si l’e-tron GT revendique un centre de gravité aussi bas que celui de la R8 grâce à ses batteries dans le plancher, elle ne rivalisera pas en sportivité. Pour cela, on fait confiance à Audi pour dévoiler une Audi R8 électrique avant 2025.

Articles associés

Plus d'articles