La nouvelle BAC Mono R ne sera pas pour vous

Désolés. La monoplace renaît dans une version encore plus radicale mais déjà en rupture de stock.

La rédaction | Le 4 juillet 2019 |

En savoir plus à ce sujet :

Seuls trente exemplaires de la BAC Mono R seront construits. Et même si vous avez découvert son existence il y a environ 7 secondes, vous ne pourrez pas en dégoter une : les trente sont vendues. Pas de chance.

Il faut dire que les propriétaires de la première MONO partaient avec un petit avantage sur vous… Et quand on découvre la fiche technique du dernier missile monoplace de la Briggs Automotive Company, on comprend pourquoi ils se sont précipités pour lui donner leur argent.

Commençons par la puissance. Le quatre-cylindres 2.5 turbo Ford a gagné 36 ch pour atteindre les 345. Ça ferait déjà une très jolie somme pour une compacte sportive, mais dans une voiture qui dépasse à peine la demi-tonne (555 kg précisément), c’est une puissance pharaonique. Comme si ça ne suffisait pas, la zone rouge commence maintenant 1 000 tours plus haut, à un étourdissant 8 800 tr/min. Le tout se traduit par un 0 à 100 km/h en 2,5 s et une vitesse de pointe de 274 km/h.

Si la BAC Mono R ne semble pas très différente de la torpille qu’on avait découverte en 2011, elle est 25 kg plus légère grâce à des freins carbone-céramique, un plancher en carbone, un échappement en titane, et toujours des panneaux de carrosserie en graphène, un matériau encore plus léger que la fibre de carbone standard tout en permettant une meilleure régulation thermique.

Certains composants sont imprimés en 3D, d’autres sont façonnés en magnésium pour gagner encore quelques grammes. La BAC Mono R chausse des Pirelli sur mesure, plaqués au bitume par une suspension Öhlins revue pour réduire les mouvements de caisse (ce qui nous permet de découvrir qu’il y avait donc apparemment des mouvements de caisse sur la BAC Mono, première nouvelle).

Sous la carrosserie, BAC a logé un réservoir d’essence plus volumineux. Donc si vous voulez ruiner d’un coup tous les efforts des ingénieurs pour alléger la Mono, il vous suffit de faire le plein. La batterie a quant à elle été déplacée sous les fesses du pilote pour optimiser la répartition des masses. N’oubliez pas de vider vos poches avant de vous sangler dans le baquet, ça risquerait de perturber l’équilibre.

Le prix ? Bôh, ça ne sert à rien de se faire du mal, vous ne pourrez pas en acheter une. Mais si vous y tenez, apprenez que chacun des heureux acquéreurs a déboursé 190 950 £ (213 000 €) pour réserver une BAC Mono R. Sachant qu’ils ont tous déjà une BAC Mono dans le garage. Non, non, on n’est pas jaloux…

Articles associés