La BMW M340i, un amuse-gueule de 374 ch avant la M3

La dernière-née des Série 3 est déjà plus rapide que l’ancienne M3 V8.

La rédaction | Le 13 novembre 2018 |

En savoir plus à ce sujet :

Voici la plus performante des Série 3 de septième génération, en attendant les « vraies » M : la M340i, une familiale quatre roues motrices plus véloce qu’une M3 Berline E90 d’il y a dix ans.

Positionnée un cran en dessous de la future M3, la nouvelle venue offre déjà de solides références : l’habituel six-en-ligne 3.0 turbo, doté pour l’occasion d’un carter et de têtes de cylindre en alu, d’un collecteur d’échappement compact en acier et d’un turbo amélioré.

Outre une pression d’injection revue à la hausse, le six-cylindres dispose de la distribution variable Double Vanos et de la levée variable des soupapes Valvetronic. Fort de 374 ch et 500 Nm, associé à une transmission intégrale (privilégiant le train arrière comme il se doit) et une boîte auto à huit rapports, il emmène la M340i de 0 à 100 km/h en 4,4 s. Soit une demi-seconde de mieux que sa devancière (la 340i M Performance, forte de 360 ch), précise fièrement BMW.

C’est aussi trois dixièmes de moins que la M3 V8 (E90) et sa boîte à double embrayage. Ouch. Avec bien sûr une note d’échappement à la hauteur, promet BMW, grâce à une double sortie M Sport.

Le département M s’est aussi attardé sur les liaisons au sol. La M340i est ainsi 10 mm plus basse qu’une Série 3 standard, campée sur des suspensions allégées et des voies élargies. Elle profite d’un différentiel électro-mécanique de série, et peut recevoir un amortissement adaptatif. BMW annonce aussi avoir tout particulièrement soigné le ressenti de la direction à démultiplication variable. Miam.

Les freins ont eux aussi été renforcés en conséquence avec des disques de plus grand diamètre (348 mm à l’avant, 345 à l’arrière) derrière des jantes 18 pouces (19 en option). Visuellement, la M340i se distingue surtout par son becquet arrière et la finition gris Cerium de son accastillage (encadrement et grille de calandre, lamelles du bouclier avant, coques de rétroviseur, sortie d’échappement et monogramme). À l’intérieur aussi, on trouve de petites touches Motorsport là où il faut (le volant, les sièges, l‘instrumentation).

Il faudra attendre le salon de Los Angeles fin novembre pour la découvrir en chair et en os. Une chose est sûre, ça promet pour la future M3…

Articles associés

Plus d'articles