Les meilleures James Bond cars, chapitre 5 : la BMW Z8

Six voitures, une par époque, une seule gagnante à la fin. Aujourd'hui, la BMW Z8 de Pierce Brosnan

Jason Barlow • Niels de Geyer | Le 1 octobre 2021 |

En savoir plus à ce sujet :

Photos : Mark Riccioni et John Wycherley

L’accord des producteurs de James Bond avec BMW met successivement à l’écran un très timide Z3 dans GoldenEye, une 750iL dans Demain ne meurt jamais (une E38, assurément la plus jolie Série 7 de l’histoire mais toujours une grosse limousine grise) avant de revenir à quelque chose de plus sexy en 1999 dans Le Monde ne suffit pas, où 007 hérite d’une Z8.

Elle n’a pas le temps d’écran qu’elle mériterait, et on n’a pas l’occasion de voir ce roadster néo-rétro de 400 ch se mettre en travers alors qu’il ne demande que ça. À la place, Bond la conduit à travers un site pétrolier en Azerbaïdjan avant de la regarder se faire éventrer à la scie rotative par un hélicoptère. Ce manque de présence est largement dû au fait que BMW n’a pas encore terminé le développement de la Z8 quand les producteurs décident que c’est la voiture qu’il leur faut, et ne peut alors fournir que deux modèles de (pré)pré-production.

Les autres voitures utilisées pour le tournage sont construites par le patron des effets spéciaux Chris Corbould et son équipe, qui moulent leurs propres panneaux de carrosserie et fabriquent un châssis en partant de zéro. Le moteur est un V8 5.7 Chevrolet, avec une boîte méca 5 rapports Tremec et une suspension empruntée chez Jaguar. Lors de ce qui sera sa dernière apparition dans le rôle de Q, l’inventaire par Desmond Llewelyn des équipements spéciaux de la Z8 est impressionnant : blindage en titane, rampes de missiles dans les ouïes latérales avec système de visée intégré au moyeu du volant, système de téléguidage comme sur la 750iL…

J’ai essayé la Z8 en Californie lors de son lancement au début des années 2000, et j’ai adoré. Ça n’a pas été le cas de tout le monde. Les uns la trouvaient trop bling-bling, les autres étaient insensibles à ses lignes inspirées de la 507, à une époque où la vague de nostalgie de la fin des années 90 commençait à refluer. Reste que son V8 4.9 atmo (celui de la M5 E39) et sa boîte manuelle en faisaient une voiture fichtrement émoustillante. Malgré son poids (1 585 kg) et l’absence d’autobloquant qui la rend piégeuse à la limite, c’est toujours un pur bonheur. Même l’habitacle, malgré son traitement rétro, est plus avant-gardiste qu’il y paraît avec son ergonomie minimaliste. Tout ceci explique sans doute pourquoi la Z8 est considérée comme un investissement sûr en 2021, puisqu’il faut compter plus de 200 000 € pour un bel exemplaire.

Gadgets : 7/10
Perfs : 7/10
Charme : 6/10
Drift : 6/10
Cascades : 6/10
Popularité : 7/10
Total : 39

Après la DB5 de Sean Connery, la DBS de George Lazenby et la Lotus Esprit de Roger Moore, rendez-vous demain sur TopGear-magazine.fr pour la voiture de Daniel Craig…

Articles associés