Cette Chiron Sport est l’hommage de Bugatti aux pilotes (de l’air)

Avec une édition limitée "Les Légendes du Ciel", Bugatti cultive son passé aéronautique

La rédaction | Le 30 novembre 2020 |

En savoir plus à ce sujet :

La nouvelle édition spéciale de la Bugatti Chiron – oui, ça faisait longtemps – est basée sur la Sport, et s’intitule « Les Légendes du Ciel », en toute simplicité. Elle rend hommage aux pilotes qui ont fait la gloire de la marque au début du XXe siècle, parmi lesquels beaucoup étaient aussi aviateurs.

Les pilotes de course Albert Divo, Robert Benoist et Bartolomeo ‘Meo’ Costantini ont en effet tous fait leurs armes dans la chasse pendant la Première Guerre mondiale (Divo et Benoist dans l’armée de l’air française, Costantini dans la Regia Aeronautica italienne). Roland Garros, premier homme à traverser la Méditerranée par les airs et lui aussi pilote de chasse, était quant à lui un fidèle client Bugatti dans le civil.

Ettore Bugatti lui-même s’intéressait beaucoup à l’aviation. Outre des moteurs à seize cylindres en U (deux huit-cylindres en ligne en parallèle) pour les Bréguet de la Première Guerre, il planchera sur un record de vitesse avec le splendide Type 100, son profil de torpille, sa double dérive en V, qui n’aura pas le temps de voler avant que la Deuxième éclate.

On ne sait pas vous, mais il y a longtemps qu’on a renoncé à se rappeler toutes les éditions limitées des Veyron puis Chiron. Ce sera peut-être plus simple pour celle-ci avec sa nouvelle calandre à barrettes verticales et sa large bande blanche brillante le long de l’épine dorsale, sur une livrée gris mat. Sans oublier la petite cocarde tricolore juste derrière les roues avant.

À bord, Bugatti a opté pour du cuir intégral brun clair et des inserts en aluminium ciselés au laser. Les contreportes sont ornées d’un croquis associant un chasseur Nieuport 17 de la Première Guerre mondiale et une Bugatti Type 13, première voiture à porter le nom d’Ettore en 1910. Histoire de bien montrer que ce n’est pas une banale Bugatti Chiron Sport comme les autres.

Sous le capot, rien de neuf : on retrouve le W16 8,0 l quadriturbo développant 1 500 ch et 1 600 Nm, pour un 0 à 100 km/h en 2,4 s et une vitesse de pointe bridée à 420 km/h. Comme d’habitude, on devrait pouvoir s’en contenter. Pour chacun des 20 exemplaires, comptez 2,88 millions d’euros hors taxe, soit un peu moins de 3,5 millions TTC.

 

Articles associés