Coup de jeune pour le Citroën C5 Aircross

Le SUV aux chevrons muscle un peu son style tout en améliorant (encore) son confort

La rédaction | Le 12 janvier 2022 |

En savoir plus à ce sujet :

Voilà déjà plus de trois ans que le Citroën C5 Aircross est arrivé sur le marché. Deux ans plus jeune que le Peugeot 3008, il reste pourtant discret dans nos rues par rapport à son cousin, qui règne en maître sur le segment des SUV compacts.

Serait-ce à cause de ses lignes douces à la Barbapapa, pourtant pas dénuées de personnalité dans le genre ? Citroën semble le croire. Comme sur le petit C3 Aircross l’an passé, la marque a profité du restylage pour retendre la proue. Le dessin de la calandre et du bouclier est revu en profondeur, tandis que les optiques jadis « à double étage », typiques des Citroën de la dernière décennie, sont désormais réunies en un seul bloc avec une nouvelle signature lumineuse dans le prolongement de la calandre.

À l’arrière, l’évolution se résume à la texture et à la signature lumineuse des feux, désormais en mosaïque. Ouf, les airbumps sont toujours du voyage sur les bas de caisse. On note aussi une simplification du nuancier et des options de personnalisation (malgré l’arrivée d’un nouveau bleu Eclipse). Fini les accents de couleur vive qui pouvaient donner au C5 Aircross une allure de gros jouet, l’heure est à la maturité avec des packs noir brillant, chrome sombre, bronze anodisé ou bleu. L’accastillage peut être complété par un nouveau jeu de jantes 19 pouces diamantées.

La planche de bord change bien davantage puisque le C5 Aircross récupère l’écran 10 pouces biseauté de la berline C4 (mais pas sa platine de clim séparée, snif). Les aérateurs sont désormais en-dessous et non plus de chaque côté de l’écran. En contrebas, le sélecteur de boîte automatique à l’ancienne disparaît pour laisser place à l’un de ces minuscules poussoirs à la mode. Il faut croire que le conducteur de 2022 a des doigts de fée.

S’il y a bien un domaine où le C5 Aircross sortait du lot, c’était le confort (relisez notre essai ici). Citroën a là aussi encore amélioré sa copie. Toujours posé sur ses suspensions à butées hydrauliques progressives, il profite à présent de sièges encore plus moelleux.

Et… c’est à peu près tout. Mécaniquement, RAS : on retrouve le trois-cylindres 1.2 essence et le quatre-cylindres 1.6 Diesel (130 ch tous les deux), et au sommet de la gamme la version hybride rechargeable de 225 ch. Cette dernière, qui reste une simple traction, ne représentait pas loin d’un tiers des ventes sur la phase 1.

Rendez-vous au printemps pour découvrir le C5 Aircross restylé en concession.

 

Articles associés