Charles Leclerc et Ferrari se lancent dans le cinéma à Monaco

Le petit Prince de la F1 a tourné dans un remake de C’Était un Rendez-Vous à bord d’une Ferrari SF90

Cédrik André | Le 25 mai 2020 |

En savoir plus à ce sujet :

Le Grand Prix de Monaco 2020 devait avoir lieu ce dimanche 24 mai… mais le championnat de Formule 1 devra encore patienter. Et pourtant, les routes de la Principauté ont tout de même été fermées pour laisser résonner les vocalises du V8 hybride de la toute dernière Ferrari SF90.

Ferrari a dépêché son meilleur pilote – et son meilleur espoir d’un futur titre mondial en Formule 1 – pour un hommage à l’un des plus mythiques court-métrages de l’histoire du cinéma. Et c’est donc au volant d’une Ferrari SF90 de 1000ch que Charles Leclerc a participé au remake du film C’Était un Rendez-Vous de 1976 sous la direction de Claude Lelouch mais dans les rues de la Principauté de Monaco – chez lui.

Si vous ne connaissez pas C’Était un Rendez-Vous, vous pouvez… non, vous DEVEZ combler ce trou béant dans votre culture automobilo-cinématorgraphique en suivant ce lien !

Maintenant, un peu d’histoire. Par un beau matin d’août 1976, à 5h30 du matin, Claude Lelouch fixa une caméra sur le capot de sa Mercedes 450SEL pour réaliser un court-métrage qui deviendra un véritable mythe. Une traversée de Paris depuis la sortie Porte Dauphine du périph jusqu’au marche du Sacrée Cœur, 8’30 en plan-séquence. Un VRAI plan-séquence, sans aucune coupe ni artifice. Juste une caméra sur un capot.

Des tas de légendes urbaines ont circulé à propos de ce film, des légendes que Claude Lelouch s’est empressé de… ne pas démentir pour laisser le mythe s’installer. Il en a cependant confirmé certaines. Comme celle qui dit qu’il a tourné ça sur une chute de pellicule qui lui restait après un tournage. Ou encore que seules deux personnes étaient au courant de ses intensions. Sa petite amie de  l’époque qui est la jeune fille qu’on voit à la fin du film et donc l’objet du « rendez-vous », et son ami, Elie Chouraqui, qui était posté à l’endroit le plus dangereux du parcours à la sortie des Guichets du Louvre, des arches voutées qui permettent de passer de la place du Carrousel à la rue de Rivoli sans aucune visibilité. Chouraqui avait pour mission de prévenir Lelouch en cas de danger par talkie-walkie. C’est à la fin du tournage que Lelouch a appris que les talkies ne fonctionnaient pas… La voiture utilisée pour filmer était donc sa Mercedes 450SEL mais le son est bien celui de sa Ferrari 275GTB avec laquelle il a refait le parcours par la suite pour enregistrer le V12 de plus volubile.

C’est donc Claude Lelouch lui-même qui aura fait son propre remake dans lequel on annonce l’apparition du Prince Albert. Toutes les générations d’amoureux de l’automobile ont un jour rêvé de refaire ce Rendez-Vous mais vu l’état de la Capitale aujourd’hui, entre les travaux qui la font ressembler à une zone de guerre bombardée et les pistes cyclables où on peut faire atterrir un A380, même à 5h30 du matin il vaut mieux tabler sur 2 à 3 heures pour atteindre le Sacré-Cœur… Évidemment, si Lelouch avait demandé son accord à la Marie de Paris… Et en Vélib’, ça vend moins de rêve. Mais de là à tourner le remake à Monaco. Bref, nous sommes sceptiques, verdict le 13 juin.

 

 

 

Articles associés

Plus d'articles