Concept oublié : Mustang RSX (1979)

Vous n'aviez jamais pensé à croiser une Mustang, ABBA et Mad Max et on ne vous en veut pas. En revanche, Ghia l'a fait. Maintenant vous savez pourquoi on dit "pas de mélanges"...

| Publié le : 2 janvier 2023

Ford a souvent joué avec la formule de la Mustang. La troisième génération, lancée en 1978, avait jeté une bonne partie des codes de la muscle car dans le but de se moderniser. Résultat, une ligne anguleuse et sans âme typique du manque de goût chronique des années 70. Elle avait également été victime de l’obsession de Ford de faire des économies en produisant un maximum de voitures sur une même plate-forme, la transformant plus en mule qu’en fougueux étalon. Bien sûr, plus personne ne ferait la même erreur…

Ça n’a pas empêché Ford d’en écouler 400 000 la première année, mais vous ne trouverez personne sur la planète pour vous dire que c’était une bonne Mustang. Alors, en manque d’image, Ford décida de laisser les Européens y remédier, notamment avec ce Mustang RSX Concept. Le RSX, pour Rallye Sport Experimental, dessiné par Ghia à Turin, est apparu au Chicago Motor Show de 1979. Pour convaincre les gens que votre muscle car est aussi bonne dans le sinueux, quoi de mieux que de la transformer en voiture de rallye ?

Et bien qu’il pique un peu les yeux, ce maquillage nous semble particulièrement réussi. Un empattement plus court de 15 cm que la version de série et un élargissement de 2 cm des voies lui confère un look très… Lancia Stratos, et ses suspensions surélevées permettent d’appréhender à peu près n’importe quelle spéciale. Les phares carénés suggéraient la vitesse (un bon aéro va plus vite, n’est-ce pas ?) et les portes brillantes suggéraient… que Ghia avait un budget limité. En fait, ils se sont contentés de coller des panneaux acryliques sur les portes d’origine. Malins, les Ritaliens !

L’habitacle était plus sobre, un revêtement suédé sur la planche de bord pour réduire l’éblouissement, un levier de vitesses dont les Américains ne savaient absolument pas quoi faire à moitié sur la console centrale et seulement deux gros fauteuils en cuir moelleux puisque, dans leur raccourcissement de l’empattement, les Italiens avaient simplement supprimé les places arrière.

La mauvaise surprise se cachait sous le capot, le 4 cylindres 2,3 l turbo de la Mustang d’entrée de gamme qu’on trouvait également sur la Ford Pinto. Il sortait péniblement 89 ch et 160 Nm et était couplé avec une boîte quatre vitesses qui, sans aucun doute, devait décupler le plaisir de conduite. Pour la petite histoire, ce moteur introduit en 1974 sera monté jusqu’en 1997 sur le Ford Ranger.

On aurait pu voir le petit RSX entrer en production et conquérir le monde ! Mais non. Le Groupe B pointait le bout de son nez et Ford avait besoin d’une véritable arme, pas d’un canif. Le RSX était une solution peu convaincante à un problème pas encore très clair. Quoi qu’il en soit, des cendres du RSX est sortie la RS200 en 1984 (également dessinée par Ghia). Et c’était mieux comme ça.

Top Gear
Newsletter

Recevez les dernières news, tops et exclusivités sur votre adresse e-mail.