DS 9 : le retour de la vengeance du haut de gamme français

La star française du salon de Genève sera une grande berline DS hybride de 360 ch venue de Chine

Niels de Geyer | Le 25 février 2020 |

En savoir plus à ce sujet :

On l’aura attendu, le vaisseau amiral DS, depuis les concepts Citroën Metropolis (2010) et surtout Numéro 9 (2012). Il arrivera au salon de Genève sous les traits de la DS9, une grande berline de 4,93 m de long aux traits nettement plus génériques une fois grattés les chromes et les LEDs qui biffent la carrosserie de toutes parts. Clins d’œil à la DS-la seule-l’unique, vous aurez remarqué le très discret « sabre » chromé le long du capot – peut-être le chic à la française selon la Chine, où la DS 9 sera produite –, ainsi que les rappels de clignotant de chaque côté de la glace arrière.

L’habitacle ne dépaysera pas les habitués du DS 7 Crossback. Tant mieux, ce dernier présente bien et sait recevoir. Autour d’un combiné d’instrumentation numérique et d’un vaste écran horizontal de 12 pouces, on aura potentiellement droit à du cuir Nappa intégral et à la désormais fameuse sellerie « bracelet de montre » sur les sièges, massants, chauffants et ventilés à l’avant ET à l’arrière.

L’empattement de 2,90 m est le plus long de tous les véhicules basés sur cette plate-forme EMP2 (5 cm de plus que sur la Peugeot 508L chinoise). Voilà qui devrait permettre de s’agenouiller à l’aise pour prier les dieux de la valeur résiduelle, et espérer que la DS 9 échappe à la malédiction des Citroën C6, Peugeot 607 et Renault Vel Satis.*

En tout cas, la dictature des normes anti-émissions est une aubaine pour le haut de gamme français. A défaut de grosses cylindrées maison ou de V6 Maserati, la DS 9 peut en effet s’offrir une puissance digne de son rang grâce à l’hybridation, avec en étendard une version de 360 ch à transmission intégrale. L’ensemble devrait être obtenu via l’attelage d’un 1.6 turbo et de deux moteurs électriques, comme sur l’imminente 508 Peugeot Sport. La gamme, intégralement hybride, sera inaugurée par une traction de 225 ch offrant jusqu’à 50 km d’autonomie en mode électrique, avec les mêmes entrailles que la Peugeot 508 Hybrid.

Enfin, l’inventaire de la technologie embarquée n’a rien à envier aux références allemandes : amortissement prédictif (piloté par une caméra pour anticiper le relief et les défauts de revêtement, comme sur le DS 7 Crossback), conduite semi-autonome de niveau 2 jusqu’à 180 km/h, éclairage matriciel automatique, caméra infrarouge pour détecter piétons, cyclistes et bestiaux dans le noir… En attendant l’arrivée de la DS9 en concession au deuxième semestre 2020, on la découvrira le 3 mars au salon de Genève, où la marque DS sera la seule représentante du groupe PSA.

 

*…Peugeot 605, Renault Safrane, Citroën XM, Peugeot 604… Ça dépend, vous avez combien de temps ?

Articles associés

Plus d'articles