Coup de jeune (et de boost !) pour la DS 7

Le best-seller de la gamme DS a droit à un restylage qui se voit, et grimpe à 360 ch en hybride. Ah, et ne l'appelez plus Crossback !

La rédaction | Le 27 juin 2022 |

En savoir plus à ce sujet :

Ce n’est pas grand-chose, et pourtant… Une mâchoire un peu plus carrée, une nouvelle signature lumineuse, de nouvelles jantes, et la DS 7 est tout de suite plus pimpante, quatre ans après sa commercialisation.

Elle en profite pour laisser tomber le label Crossback. L’évolution la plus visible reste l’arrivée de ces étonnants feux de jour à cinq rubans de LED (inspirés du concept Aero Sport Lounge), sous des optiques affinées et aux chromes enfin plus sobres. Les feux arrière voient aussi leur texture revue, sur un hayon désormais nervuré à la base de la glace arrière, dans le prolongement de la ligne de caisse.

À bord, le mobilier ne bouge pas mais les écrans donnent maintenant accès au système infodivertissement étrenné par la toute jeune DS 4, autrement ergonomique et réactif. Les DS 9 et DS 3 Crossback en profiteront à leur tour d’ici la fin de l’année. Ouf.

DS a tout de même légèrement revu les matériaux et les selleries, notamment dans le cadre d’une nouvelle finition Opéra qui peut inaugurer un cuir gris Perle. En Bastille, le cuir noir adopte un grain « inspiré du cuir de poisson. » On en mangerait.

Côté technique, il y a aussi une grande nouvelle : l’arrivée au sommet de la gamme d’une nouvelle version hybride rechargeable forte de 360 ch, comme sur les DS 9 et Peugeot 508 PSE. Cette super-DS 7 se distingue par ses roues 21 pouces (autant que sur un RS Q3), ses voies élargies, ses gros freins et ses trains roulants revus. Le 0 à 100 km/h est annoncé en 5,6 s. Si ça, ce n’est pas premium…

En dessous, on retrouve les versions 300 ch et 225 ch de la motorisation hybride rechargeable, la seconde étant une simple traction tandis que les deux plus puissantes profitent d’un moteur électrique sur chaque essieu pour émuler une transmission intégrale. Dans tous les cas, la capacité de la batterie a augmenté (14,2 kWh au lieu de 13,2), ce qui permet de gagner une petite dizaine de km d’autonomie en mode électrique (65 km WLTP). La version essence 180 ch disparaît du catalogue français faute de demande, mais le Diesel 130 ch survit.

Avec un style un peu plus subtil, une interface désormais au goût du jour et une hybridation toujours plus performante, la DS 7 a en tout cas de quoi voir venir pour sa fin de carrière.

Articles associés