Une Ferrari F12tdf Speedster, ça vous dit ?

Maranello revoit ses classiques avec la SP3JC.

La rédaction | Le 30 novembre 2018 |

En savoir plus à ce sujet :

Comme la plupart de ses concurrents, Ferrari a mis les bouchées doubles dans le très lucratif business de la personnalisation pour ultra-riches. Sa dernière création en la matière répond au doux nom de SP3JC.

Ce roadster est basé sur la F12tdf. Pour ceux qui ont la mémoire courte, il s’agit d’une des Ferrari les plus velues de ces dernières années, et ce n’est pas Chris Harris qui nous contredira. Les envolées orgasmiques de son V12 6.3 de 740 ch n’avaient aucun mal à mettre le train arrière au supplice, sans parler du trouillomètre pour peu que vous ayez désactivé les assistances d’un cran ou deux dans un suicidaire élan de confiance en vous.

Alors imaginez la même chose cheveux au vent. Ce moteur est un tel chef-d’œuvre qu’outre l’ablation du toit, le client de cette SP3JC a exigé des panneaux transparents sur le capot pour pouvoir admirer le douze-cylindres à travers.

Par la même occasion, les surfaces ont été lissées (oubliées, les ouïes béantes de la tdf sur les arches de roue) et la poupe adopte des doubles optiques dans l’esprit de la gamme actuelle, surplombant un diffuseur hypertrophié. Derrière les appuie-tête, on note les arceaux en fibre de carbone. L’ensemble est campé sur des jantes à cinq doubles branches au dessin inédit. Qui nous semble de meilleur goût que la peinture, en passant. Selon la marque, l’heureux propriétaire de la SP3JC est fan de pop art, mais ça n’excuse pas tout.

De notre côté, quitte à investir dans une barquette Ferrari à V12 avant, nous allons rester sur une Monza SP1 ou SP2, merci.

Articles associés

Plus d'articles