Vous rêviez d’une Huracán tout-terrain ? Lamborghini l’a fait

Le compromis parfait entre une supercar et un Urus ?

Valentin Langard | Le 5 juin 2019 |

En savoir plus à ce sujet :

Voici la Lamborghini Huracán Sterrato. Et très franchement, on devrait organiser une pétition ou quelque chose pour que Lamborghini lance en production ce chef-d’œuvre taillé pour le monde moderne.

Non mais regardez-la ! Cette carrosserie sous testostérone. Ces énormes jantes et pneus tout-terrain. Cette garde au sol relevée… On voudrait l’emmener en WRC, juste pour le fun. Une chose est sûre ; comparé à une Huracán classique, dites adieu aux sueurs froides à chaque nid-de-poule.

Elle est faite, selon Lamborghini, pour rapprocher le monde des supercars et celui des « environnements exigeants ». Pour ce qui est des supercars, la recette était plutôt simple : ils n’ont eu qu’à réutiliser le V10 atmosphérique de la Huracán Evo. Oui oui, celui-là même de 5,2 litres et 640 chevaux…

Pour ce qui est de la partie tout-terrain, il a fallu un peu plus de travail. Les ingénieurs italiens ont reprogrammé le système LDVI (Lamborghini Dinamica Veicolo Integrata) de la Huracán Evo pour « améliorer le comportement de l’essieu arrière, fournir plus de couple et de stabilité lors des situations de survirage ». En gros, vous devriez pouvoir escalader des collines pied au plancher.

La Sterrato est plus haute de 47 millimètres comparée à la Evo, les angles d’attaque et de fuite ont également été élargis, tout comme les voies avant et arrière, de 30 millimètres chacune. Les jantes de 20 pouces montées sur des pneus ballon se cachent sous des extensions d’ailes à prises d’air intégrées.

Le fond plat de cette Huracán Sterrato a été renforcé lui aussi. Une plaque de protection à l’arrière fait désormais office de diffuseur (il ne faut pas négliger la performance !). Même schéma à l’avant où s’intègrent plusieurs éléments en aluminium. Le capot moteur et les prises d’air eux aussi sont protégés des rochers qui pourraient vous tomber dessus en chemin. Dernière touche rallye : les garde-boues en carbone et résine élastomère (rien que ça).

A l’intérieur – qu’on n’a pas encore vu – c’est cage de sécurité en titane, sièges sport en carbone, harnais quatre points et plancher en aluminium. Toujours très rallye. Et plus rallye que tout, est-ce qu’on a pensé à mentionner la rampe de phares LED qui trône sur le toit ? Qui vont évidemment de pair avec les phares à LED waterproof du bouclier avant…

Comment justifier ce monstre ? Pour le directeur technique Maurizio Reggiani, c’est très simple : « Nos équipes de recherche, de développement et de design travaillent sans relâche pour entrevoir et créer l’inattendu, c’est dans notre ADN ». Inattendu, ça oui. Et en même temps, une Huracán V10 de rallye n’est-elle pas la solution logique à tous les problèmes de mauvais revêtement ?

Articles associés

Plus d'articles