Arrêtez tout, voici une Koenigsegg Regera en carbone brut

C’est chaud le Nord

La rédaction | Le 11 décembre 2018 |

En savoir plus à ce sujet :

Retenez votre mâchoire inférieure et pensez à rentrer votre langue, ceci est la première et l’unique Koenigsegg Regera habillée de carbone nu. C’est beau. C’est même vraiment très beau.

Vous êtes peut-être au courant que la totalité des 80 exemplaires de cette hypercar suédoise hybride (1 500 ch, 2 000 Nm, 400 km/h) sont en fibre de carbone. Mais là, ce n’est pas n’importe quelle fibre de carbone. Ca s’appelle du KNC (Koenigsegg Naked Carbon), et c’est très spécial, très chronophage et très léger.

Cette fibre de carbone est produite de la même façon que les composites standard (avec de la résine epoxy cuite dans un four autoclave), à la différence près que chaque panneau est ensuite poncé à la main pour lui donner un aspect et un toucher soyeux inimitables. C’est un travail de précision, réclamant une main sûre : si on y va trop fort et qu’on attaque la fibre tissée, c’est poubelle. À éviter un lendemain de cuite, donc.

Cette fibre de carbone n’est pas vernie, ce qui a l’avantage d’économiser 20 kg par rapport à une Regera normalement peinte. Sans confirmation officielle, on ne peut que supposer que cela profite aux performances. Il est vrai que la suédoise avait bien besoin d’un petit coup de fouet (0 à 400 km/h en moins de 20 s, 150 à 250 km/h en 3,2 s).

Selon Koenigsegg, cette finition inédite est supposée plus résistante aux rayures que l’époxy standard. Et elle ne devient pas cassante par temps froid (Koenigsegg a laissé des panneaux de carbone dehors pendant quelques années pour en être sûr).

« La philosophie Koenigsegg a toujours été de repousser les limites, explique Christian von Koenigsegg. Et elle s’applique aussi à la finition et l’apparence d’une voiture. »

Nous sommes d’avis que cela va comme un gant à la Regera, et que son nouveau propriétaire suisse est ravi de son choix. Forcément, c’est subjectif : si vous n’êtes pas d’accord, dites-nous pourquoi en commentaire.

Articles associés

Plus d'articles