L’Aston Martin V12 Vantage repasse dire au revoir

La petite Vantage reçoit enfin le gros V12 de 700 ch de la DBS. Profitez-en, c'est la dernière fois

La rédaction | Le 16 mars 2022 |

En savoir plus à ce sujet :

La fin est proche. Aston Martin a présenté aujourd’hui ce qui sera la toute dernière Vantage animée par un douze-cylindres, concluant une lignée de formidables petites voitures de sport au cœur gros comme ça. Veuillez accueillir l’ultime Aston Martin V12 Vantage.

Le V12 en question est le 5.2 biturbo des DB11, DBS et V12 Speedster, ici dans la même configuration que sur cette dernière : 700 ch tout rond pour 753 Nm. Le V12 anime toujours évidemment les seules roues arrière via une boîte auto à huit rapports (à la gestion inspirée de celle des V12 Speedster et Vantage F1) et un autobloquant mécanique. Aston annonce un 0 à 100 km/h en 3,5 s, et une vitesse de pointe de 322 km/h.

Pour encaisser le poids et la vigueur de ce bloc colossal (190 ch de plus que le V8 4.0), Aston a complètement revu les trains roulants, changé de barres antiroulis, rigidifié la caisse et les ressorts, modifié la cartographie de l’assistance électrique de direction et renforcé le freinage : des disques carbone-céramique en série, qui permettent de gagner en endurance aussi bien qu’en poids (23 kg de moins que les disques acier).

Comme il sera de toute façon vain d’espérer passer inaperçu avec la ligne inox sur mesure, Aston en a profité pour donner encore un peu plus de présence à la Vantage. Déjà pas fluette en V8, elle gagne ici 4 cm en carrure (1,96 m), derrière une calandre agrandie de 25 % pour le refroidissement. Le tout est plaqué au sol par une lame avant, un énorme aileron et un diffuseur (qui accueille maintenant une double sortie d’échappement en son centre, comme sur le Speedster). Vous pouvez décocher l’aileron si vous voulez la jouer discrète (bonne chance…), Aston retravaillant alors le fond plat en conséquence pour continuer de générer jusqu’à 204 kg d’appui (à 320 km/h).

Toutes ces pièces sont en fibre de carbone, à l’instar des imposants bas de caisse et du capot moteur, qui intègre une prise d’air inspirée de l’ancienne Vantage GT12. Cela n’empêche pas la bête de bien peser ses 1 795 kg. C’est 165 kg de plus qu’en V8… mais aussi 102 kg de plus que la DBS, pourtant plus encombrante et pas particulièrement superleggera quoi qu’elle en dise.

Tout ceci a un prix… qu’on ne connaîtra pas. Reposez tout de suite ce téléphone : tous les 333 exemplaires prévus ont déjà trouvé preneur. « Dès le moment où le premier concept Vantage RS a été dévoilé en 2007, nos clients et nos fans à travers le monde sont tombés amoureux de l’idée de loger notre plus gros moteur sous le capot de notre modèle le plus compact et le plus sportif », rappelle Tobias Moers, PDG d’Aston Martin. Il est maintenant temps d’apporter une conclusion à cette lignée », a-t-il ajouté. Les meilleures choses ont vraiment une fin, en ce moment.

Articles associés