McLaren Speedtail : vous pouvez l’appeler Albert

Et ce mulet de développement est plus avenant que la version de série.

La rédaction | Le 9 novembre 2018 |

En savoir plus à ce sujet :

Maintenant que tout le monde a eu le temps de s’habituer au physique disons… particulier de la McLaren Speedtail, elle va pouvoir s’aventurer sur route ouverte sans se faire jeter des pierres. Tests de résistance, déverminage sur circuit et développement routier sont sur le point de commencer pour cette hypercar vouée à franchir la barre des 400 km/h. En fer de lance, ce mulet, baptisé Albert. Ne cherchez pas, c’est un hommage à l’un des prototypes de la McLaren F1, qui avait lui-même reçu ce surnom en référence à Albert Drive, la rue de Woking où Gordon Murray avait dessiné cette légende des années 90.

Tout mulet qu’il soit, Albert n’a rien d’une 720S en tenue camouflage. Les dessous sont d’ailleurs bien ceux de la Speedtail définitive, qu’il s’agisse du châssis, de la motorisation hybride ou du cockpit triplace à volant central. Après de premiers tests sur circuit à l’abri des regards, les essais routiers débuteront en décembre.

Albert (MVY02 pour les intimes) adopte une proue évoquant la 720S, avec les mêmes curieuses paupières de phare pour compléter le profil de limande de la Speedtail. Dans les bureaux de TopGear, le débat fait déjà rage pour savoir si ce regard lui va mieux que celui de la version de série. Et toi, tu en penses quoi, Internet ? Produit fini tout lisse, ou mulet en bleu de travail ?

Albert et compagnie mèneront leurs essais jusqu’à début 2020, date à laquelle commenceront les livraisons des 106 exemplaires de la Speedtail définitive, annoncée à un peu plus de 2 millions d’euros hors taxes. Il va falloir ouvrir l’œil pour espérer en croiser une.

Articles associés

Plus d'articles