50 ans de Nissan GT-R : 10 choses à savoir

La Nissan GT-R fête ses cinquante ans. Révisez vos classiques sur l'icône japonaise avec TopGear

Valentin Langard | Le 16 avril 2019 |

1

Skyline H/T 2000 RS de 1982

01 / Toutes les Skyline ne sont pas des GT-R, et toutes les GT-R ne sont pas des Skyline… Plaît-il ?

Ok, ce point-là peut paraître un peu abstrait pour un non-initié à la culture JDM (Japanese Domestic Market). Le fait est que la Skyline était à la fin des années 50 une simple petite berline (ou break) produite par la Prince Motor Company. Lorsque cette dernière est rachetée par Datsun (qui deviendra Nissan) en 1966, la Skyline entre dans le giron du géant japonais. Il n’y a alors encore aucune affiliation avec le sigle GT-R. Résultat : il existe tout un tas de vieilles Skyline bizarres en circulation qui n’ont rien à voir avec A) la saga Fast & Furious ou B) une quelconque notion de sportivité.

Le nom Skyline a tout de même été porté par quelques modèles intéressants et peu connus, toujours sans pour autant être des GT-R (allez voir la R30 et la R31). D’autres en revanche vous ôteraient l’envie de vivre au premier regard. Pour compliquer encore les choses, certaines Skyline sont aussi associées de près ou de loin au sigle légendaire, sous les variantes GT-T, GTS-R ou encore GTS25T. Sans parler des autos badgées Infiniti et destinées au marché américain…

La saga GT-R n’a vraiment commencé qu’en 1969 avec la PGC-10 Skyline GT-R (2,0 l, 162 ch, 180 Nm, propulsion), qui n’était disponible qu’en version 4 portes. Il faudra attendre 1971 pour voir apparaître le coupé, plus sexy. Vous commencez à comprendre ? Trop tard, on efface tout et on recommence en 2007 avec la R35, qui abandonne le label Skyline pour devenir « juste » la GT-R. Oui, c’est un peu confus.

En photo : Skyline H/T 2000 RS de 1982

En savoir plus à ce sujet :

Articles associés

Plus d'articles