Une écurie anglaise va homologuer 23 Nissan GT-R de course pour la route

Et ces Nissan GT-R « Stradale » s’annoncent monstrueuses

La rédaction | Le 13 décembre 2019 |

En savoir plus à ce sujet :

La fameuse « voiture de course pour la route »… Parmi tous les constructeurs qui ont nourri ce vieux poncif, combien ont vraiment réussi à concevoir une auto capable d’offrir un confort supportable la semaine et d’enchaîner les records du tour le week-end ?

Autant vous prévenir tout de suite, si c’est du confort que vous cherchez, vous risquez d’être déçu avec cette Nissan GT-R, très probablement la plus radicale que vous croiserez jamais sur un parking de supermarché. Même la GT-R50 Italdesign aura du mal à rivaliser en exclusivité.

On la doit à JRM, une entreprise d’ingénierie automobile anglaise dont le département sportif a développé et engagé des versions GT3 et GT1 de la GT-R, remportant notamment le titre mondial des pilotes GT1 en 2011. JRM connaît donc le fleuron de Nissan sur le bout des doigts, et notamment les GT3 Nismo qu’ils ont construites et fait courir en Europe. A présent, ils ont bien l’intention de faire fructifier ce savoir-faire sur la route avec 23 exemplaires de l’édition limitée que vous voyez ci-dessus, baptisée (dans un élan de créativité) JRM GT23.

Sacrée gueule, non ? L’aérodynamique est évidemment spectaculaire, mais le plus important n’est pas visible. Le prix unitaire de 450 000 euros laisse imaginer l’ampleur du travail effectué sur ces 23 autos. JRM a tout revu de fond en comble au nom de la performance. Pas sûr que ce soit très utile pour une matinée de bouchons sur le périf, mais qu’importe.

Le V6 biturbo 3.8 litres de la GT-R est toujours là, mais porté à 660 ch, ici sur les seules roues arrières via une nouvelle boîte séquentielle à commande pneumatique. Une suspension à double triangulation réglable se charge de plaquer le tout sur l’asphalte. JRM affirme par ailleurs que le poids sera significativement réduit par rapport au modèle standard, avec seulement 1 275 kg. Attendez-vous à un intérieur dépouillé…

Les réservations sont désormais ouvertes, et la production commencera au printemps 2020. Intéressé ? Attention, il risque d’y avoir un peu de paperasse pour la faire venir raboter les dos d’âne de ce côté-ci de la Manche…

Articles associés

Plus d'articles