La BMW i4 M50 est la première sportive électrique badgée M

BMW lance sa berline 100% électrique i4 en deux versions, dont une M50 de 540 ch pour 510 km d'autonomie

| Le 3 juin 2021 |

En savoir plus à ce sujet :

Après un petit aperçu en mars, BMW a fini par dévoiler sa berline 100 % électrique i4. La gamme sera composée de deux modèles : la i4 eDrive40 et la i4 M50, que BMW décrit comme « le premier modèle 100 % électrique de BMW M. »

La présence de la lettre M et du mot électrique dans la même phrase fera sans doute grincer quelques dents, mais on ne s’y attardera pas. D’ailleurs, l’i4 M50 est plus proche philosophiquement d’une M340i/M440i que d’une M3/M4, même si elle peut rivaliser en performances. Appuyez sur le bouton « Sport Boost » pour libérer les 544 ch et 795 Nm de couple de ses deux moteurs et vous atteindrez les 100 km/h en 3,9 s. L’i40 eDrive40, propulsion à un seul moteur de 340 ch et 430 Nm, annonce quant à elle 5,7 s sur le 0 à 100 km/h.

Les deux versions sont dotées de la même batterie de 83,9 kWh et d’un Cx impressionnant de 0,24. L’i4 eDrive40 est logiquement la plus efficiente avec son autonomie de 590 km (WLTP), contre 510 km pour la M50. Toutes deux peuvent encaisser des charges à 200 kW, de quoi regagner en 10 minutes 164 km d’autonomie sur la eDrive40 et 140 km sur la M50. En parlant de recharge, BMW offrira un abonnement de un an à Ionity Plus pour les clients de l’i4, qui garantit un tarif préférentiel de 0,30 €/min de recharge sur le réseau.

Selon BMW, la i4 M50 apporte « la formule d’agilité, de dynamisme et de précision traditionnelle M au monde de la mobilité électrique. » Elle reçoit une suspension SelectDrive spécifique, la direction DirectDrive à démultiplication variable, des barres antiroulis sur mesure, une barre antirapprochement à l’avant et de plus gros freins. À l’instar des M xDrive thermiques, la transmission intégrale de la i4 M50 privilégie le train arrière – ce qui profite aussi à l’autonomie –, le train avant n’étant sollicité « qu’à de hauts niveaux d’accélération ou en cas de perte d’adhérence. »

L’i4 promet un centre de gravité plus bas qu’une Série 3 grâce à sa batterie dans le plancher, et des freins qui dispensent « une puissance de freinage exceptionnelle et un ressenti à la pédale fiable. »

Les similarités de style entre l’i4 et la Série 4 thermique se poursuivent dans l’habitacle. La grosse différence ici est la présence du nouveau système d’infodivertissement, avec ses deux écrans incurvés de 12,3 et 14,9 pouces, comme dans le nouveau SUV iX. Ce système est doté d’un assistant personnel intelligent, qui se pilote par commande vocale, tandis que la climatisation se contrôle à présent via l’écran (pas merci). Selon BMW, l’i4 M50 se démarquera par une « acoustique particulièrement énergique », offrant même une bande-son composée en collaboration avec Hans Zimmer en option. Si vous oubliez de la cocher, vous pourrez toujours lancer la musique d’Inception directement sur votre smartphone.

L’i4 sera produite dans l’usine de Munich aux côtés de véhicules thermiques et hybrides. BMW déclare également que l’énergie utilisée dans la fabrication des cellules de batterie provient à 100 % de sources renouvelables.

La gamme i4 est déjà disponible à la commande et les premiers modèles seront livrés à l’automne. L’offre débute à partir de 59 700 € pour la i4 eDrive40 et 71 650 € pour la version M50. Il faudra donc que l’i4 ait de sérieux arguments au volant face à sa concurrente directe la Tesla Model 3, qui attaque à 43 800 € (un seul moteur, propulsion, 448 km d’autonomie) et peut grimper à 59 900 € hors options pour la version Performance (deux moteurs, transmission intégrale et 567 km d’autonomie).

Articles associés