Ceci est la clé des 400 km/h

Il y a quinze ans, la Bugatti Veyron atteignait les 407 km/h

La rédaction | Le 27 avril 2020 |

En savoir plus à ce sujet :

Il y a quinze ans presque jour pour jour (c’était la semaine dernière, mais on ne va pas chipoter), la Bugatti Veyron roulait officiellement à 407 km/h, sur l’autodrome d’Ehra-Lessien en Allemagne. Elle devenait du même coup la voiture la plus rapide du monde.

Pour tous les jours, elle est bridée à 380 km/h, ce qui suffit généralement pour aller chercher le pain. Si vous voulez atteindre sa vitesse maxi, il faut non seulement avoir la place (pour accélérer, et pour ralentir ensuite) mais aussi insérer une « speed key » bien particulière dans une serrure située derrière le siège conducteur, seul moyen de libérer tout le potentiel de la Veyron.

Et même là, ce n’est pas gagné. Une fois la clé tournée, la Veyron procède en effet à un autodiagnostic et ne laisse l’accès au mode Top Speed que si toutes les conditions sont réunies. La pression des pneus est un poil basse ? Oubliez.

Dans ce mode, la garde au sol est réduite de 125 mm à seulement 65 mm à l’avant et 70 à l’arrière, l’aileron arrière est abaissé et braqué de 2°, tandis que les volets du diffuseur sont fermés pour diminuer la traînée.

Le 19 avril 2005, quelques mois avant le début de la production, le pilote d’essai Uwe Novacki atteignait 411 km/h au volant de la Veyron à Ehra-Lessien. Un panneau d’affichage du circuit suggérait qu’il avait été jusqu’à 427 km/h, mais il s’est révélé défaillant. Après quelques aller-retours sur le tronçon, les experts du TÜV SÜD, organisme allemand de certification, retenaient la vitesse moyenne de 407 km/h. L’histoire était en marche, Ferdinand Piëch était content : mission accomplie. Avant que les hostilités reprennent, évidemment…

Articles associés

Plus d'articles