Un turbo pour le Honda HR-V

Joy Machine, le retour

| Le 3 décembre 2018 |

En savoir plus à ce sujet :

Le Honda HR-V a beaucoup de qualités, dont un sens de l’accueil inégalé chez les petits SUV. Au volant, en revanche, il ne passe pas pour le plus nerveux de la bande avec son gentil 1.5 essence atmosphérique de 130 ch, seul moteur disponible depuis le retrait du 1.6 Diesel. Mention spéciale à la version CVT, qui implore bruyamment qu’on abrège ses souffrances dès qu’on s’aventure dans la deuxième moitié de la course de l’accélérateur.

Rassurez-vous, le HR-V s’apprête à découvrir à son tour les joies de la suralimentation. Dans la foulée du restylage dévoilé cet été, il adoptera en effet au printemps 2019 la version turbocompressée du 1.5, développant comme sur la Civic 182 ch et 240 Nm avec la boîte manuelle à six rapports (220 Nm avec la CVT optionnelle). La transmission intégrale n’est toujours pas au programme.

Si vous espériez une version Type R, capable de remplacer feu le Nissan Juke Nismo dans nos cœurs, pardon pour la douche froide. Mais cette cure de vitamines est suffisante pour justifier une appellation Sport, et la panoplie qui va avec. Feux assombris, bas de caisse et spoilers spécifiques, jantes 18 pouces et accastillage noirs, double sortie d’échappement, le HR-V ne devient pas subitement aussi exubérant que son ancêtre (la fameuse « joy machine ») mais a droit à une allure discrètement virilisée.

L’habitacle revêt quant à lui une sellerie cuir-tissu noir et rouge, associée à un ciel de toit noir et des inserts rouges sur la planche de bord. Oui, mieux vaudra aimer le rouge.

Le HR-V Sport ne comptera pas que sur ses reprises et sa présentation pour faire la différence avec son petit frère atmo. Déjà pas maladroit à l’origine, le nippon adopte ici une direction recalibrée et des amortisseurs « Performance » pour un meilleur contrôle des mouvements de caisse et un filtrage amélioré.

Le HR-V Sport sera disponible à la commande dès le mois de décembre, à un tarif qui devrait flirter avec les 30 000 euros. Reste à voir avec quel talent il saura joindre l’utile et l’agréable, mais entre un Hyundai Kona 1.6 T-GDi 177 ch étriqué et un Volkswagen T-Roc 2.0 TSI 190 ch hors de prix, il devrait avoir son mot à dire dans le tout petit cercle des SUV urbains péchus.

Articles associés