Pagani Huayra Codalunga : une « long tail » à 7 millions d’euros

Si toutes les Pagani Huayra sont spéciales, alors celle-ci est vraiment TRÈS spéciale

La rédaction | Le 24 juin 2022 |

En savoir plus à ce sujet :

Une édition spéciale chez Pagani, c’est toujours magnifique. Mais là, ils se sont surpassés. Voici la très rare, très exclusive et très, très chère Pagani Huayra Codalunga.

On la doit au tout nouveau département Grandi Complicazioni (projets spéciaux), en étroite collaboration avec un client qui réclamait depuis des lustres une version « longue queue » de la supercar.

En partant du « style simple et linéaire » de la Huayra coupé, l’équipe s’est inspirée des magnifiques sport-protos long tail des années 1960, « qui avaient des lignes très pures. » Il a fallu deux ans pour finaliser le concept en utilisant des maquettes , y compris grandeur nature, pour affiner la silhouette.

Et quelle silhouette ! Le capot moteur, nous dit-on, est maintenant 36 cm plus long que celui d’une Huayra « standard » (avec beaucoup de guillemets), et s’étale sur 3,7 m2 de surface. Sous cette monumentale pièce de carrosserie, on trouve toujours le V12 6.0 biturbo AMG dans une version développant 840 ch et 1 100 Nm (comme sur la Huayra Tricolore).

Pagani n’a pas détaillé les performances, mais on peut annoncer sans trop se mouiller que les occupants vont se découvrir du vocabulaire à chaque accélération. Il n’y a pas de grille à l’arrière afin de profiter d’une « vue parfaite sur l’échappement de la Codalunga. » Ce dernier, en titane, ne pèse que 4,4 kg. On lui a appliqué un revêtement céramique, là aussi comme sur les anciennes gloires du Mans, pour sublimer la note d’échappement qui se veut un hommage à « la passion automobile ». Approuvé. La voiture dans son ensemble ne pèse que 1 280 kg, et profite d’un intérieur spécifique.

« Nous avons allongé et poli la Huayra Codalunga, comme si elle avait été caressée et façonnée par le vent, pour dessiner des lignes encore plus élégantes que celles du coupé », explique le patron Horacio Pagani.

Le prix est sans doute un peu moins élégant à 7 millions d’euros par tête, pour cinq exemplaires.

« La Huayra Codalunga comprend très peu d’éléments essentiels, explique Horacio Pagani. Nous avons retranché plutôt qu’ajouté. Simplifier n’a rien de facile et ce véhicule matérialise la réalisation complexe d’idées simples. » Nous aussi, on a des goûts simples, en fait.

 

Articles associés