Alpine annonce Piastri pour remplacer Alonso, Piastri refuse. Hein, quoi ?

Fernando Alonso parti chez Aston Martin à l'improviste, c'est le jeune prodige maison Oscar Piastri qui devait prendre son volant. Mais l'Australien n'a pas l'air d'accord... Sortez le pop corn !

La rédaction | Le 3 août 2022 |

En savoir plus à ce sujet :

La « silly season » a commencé en F1, et elle a rarement aussi bien porté son nom. Jeudi, Sebastian Vettel annonçait qu’il prendrait sa retraite à la fin de la saison. Lundi matin, Aston Martin officialisait l’arrivée de Fernando Alonso l’an prochain, prenant manifestement Alpine au dépourvu. Mardi, l’écurie française a logiquement annoncé que le volant d’Alonso reviendrait à son poulain le plus prometteur, l’Australien Oscar Piastri.

Piastri, c’est actuellement ce qui se fait de mieux parmi les prétendants à la discipline reine : champion de Formule Renault Eurocup en 2019, de Formule 3 en 2020 et de Formule 2 en 2021, un sans-faute.

« Oscar est un talent brillant et rare, a déclaré le directeur d’Alpine Otmar Szafnauer. Nous sommes fiers de l’avoir formé et soutenu tout au long du difficile parcours des formules de promotion. Au fil de notre collaboration ces quatre dernières années, nous l’avons vu se développer et mûrir en un pilote plus que capable de franchir le pas de la Formule 1. »

« En tant que notre pilote de réserve, il s’est déjà immergé dans l’écurie sur la piste, à l’usine et en essais, où il a montré la maturité, les promesses et la  vitesse pour assurer sa promotion dans notre second baquet au côté d’Esteban. Ensemble, nous pensions que ce duo nous donnera la stabilité dont nous avons besoin pour atteindre notre objectif à long terme, se battre pour des victoires et des titres. »

Ça paraissait clair, jusqu’à ce qu’Oscar Piastri, dont le communiqué ne citait étrangement aucune déclaration, se fende du tweet ci-dessous mardi soir. « C’est faux et je n’ai pas signé de contrat avec Alpine pour 2023. Je ne conduirai pas pour Alpine l’an prochain. » Aïe, ça doit faire mal.

D’après le déroulé des événements et la rumeur du paddock, il semblerait donc qu’Alpine n’ait absolument pas anticipé le départ d’Alonso, et envisageait de prêter Piastri à une autre écurie, par exemple à Williams, le temps que l’Espagnol finisse de lui chauffer le baquet. Sauf que Piastri et son agent, l’ancien pilote Red Bull Mark Webber (copain comme cochon avec Fernando Alonso, tiens, tiens) ne sont pas restés les bras croisés. Pensant l’horizon bouché chez Alpine pour 2023, ils seraient en contacts avancés avec McLaren, où leur compatriote Daniel Ricciardo semble sur un siège éjectable après une saison et demi à se faire laminer par Lando Norris.

En tout cas, vu le ton pour le moins sec du tweet de Piastri, on peut imaginer qu’il a de quoi assurer ses arrières en mordant ainsi la main qui le nourrit. Reste à voir les implications contractuelles de ce jeu de chaises musicales, mais le feuilleton s’annonce passionnant. Ferrari n’en demandait pas tant pour faire diversion de son naufrage en Hongrie…

Et bienvenue Oscar Piastri… ou pas.

Articles associés