Aston Martin repense aux 24 Heures du Mans

Le grand patron d'Aston, Lawrence Stroll, a évoqué un engagement au Mans. La Valkyrie va-t-elle enfin courir ?

La rédaction | Le 11 février 2022 |

En savoir plus à ce sujet :

Aston Martin a admis qu’elle était toujours intéressée par un programme au Mans en Hypercar. Impossible d’interpréter autrement ce que Lawrence Stroll a déclaré lors de la présentation de la monoplace de F1 2022 : « Je suis un compétiteur et je l’ai toujours été. J’ai la course dans le sang, c’est pour ça que je suis là. Je pense que nous devrions nous engager – comme nous le faisons déjà en GT3 et en GT4 – dans n’importe quelle catégorie en rapport avec le message que nous essayons de faire passer avec Aston Martin. Ce message reste l’ultra-luxe, et à présent s’y associe la technologie de haute performance. »

Quand Aston a dévoilé le formidable concept Valkyrie AMR Pro, il était question de l’engager aux 24 Heures du Mans, mais la marque a renoncé par la suite en invoquant la tournure prise par la réglementation Hypercar, à un moment où elle devait aussi financer son retour en F1.

Le bon côté, c’est que l’AMR Pro finale pourra s’affranchir de toute réglementation, route ou compétition… Résultat : une Valkyrie dépouillée de sa partie hybride pour se retrouver avec juste son V12 6.5 atmosphérique de 1 000 ch et sa zone rouge à 11 000 tr/min.

Concernant cet éventuelle résurrection du programme Hypercar, tout le reste n’est pour l’instant que spéculation. Au sein de la catégorie-reine, on imagine qu’Aston opterait pour la réglementation LMH (comme Toyota, Peugeot ou Cadillac), par opposition aux super-LMP2 hybrides que sont les LMDh (Audi, Porsche, Ferrari). La liberté relative offerte par le règlement LMH permettrait peut-être à Aston Martin de repartir de la Valkyrie pour développer sa voiture de course.

Par ailleurs, rappelons que la marque a sous la main un certain Nico Hülkenberg. Pilote de réserve de l’écurie de F1, l’Allemand a aussi remporté les 24 Heures du Mans 2015 avec Porsche. Ça peut toujours servir.

On va suivre cette affaire de près. Parce que même si l’on comptera déjà Toyota, Peugeot, Porsche, Audi, Ferrari, Cadillac, Alpine, BMW et Acura parmi les écuries d’usine en endurance ces prochaines années, plus on est de fous, plus ont rit.

 

 

Articles associés