Rétro Gaming : Driver (1989)

Driver : un flic infiltré dans la mafia qui doit effectuer des missions dans un monde ouvert au volant de belles 'Ricaines... GTA avant GTA !

| Le 2 avril 2022 |

Rétro Gaming - Driver

En savoir plus à ce sujet :

En 1989, le monde des jeux de caisses se partageait en deux camps. Ceux qui vous proposaient de prendre le volant d’une des dernières supercars et ceux qui vous mettaient aux commandes d’un kart lanceur de bananes boosté aux champignons et piloté par un plombier, un gorille ou un dinosaure. En 18989, l’arrivée de Driver sur PlayStation a marqué un vrai tournant.

Ce jeu en open world (déjà) vous mettait dans la peau d’un flic sous couverture qui, pour s’infiltrer et progresser dans la mafia, jouait les pilotes d’élite pour sortir n’importe qui ou n’importe quoi d’une situation délicate.

Enfin… ça, c’était à condition d’avoir, au préalable, réussi à passer l’un des tutoriels d’intro les plus difficiles de l’histoire des jeux vidéo. Une première mission sous forme d’audition. Une sorte de permis de conduire du parfait petit gangster qui se passait dans un parking sous-terrain où il fallait enchaîner les figures (slalom, demi-tour frein à main, U-turn, etc.) sans se fracasser contre les piliers en béton. Pour les joueurs les moins doués et/ou les moins persévérants, ce passage aura même représenté l’intégralité du jeu.

Un vrai gâchis ! Car, comme le savent tous ceux qui l’ont passé, après ce tutoriel vous étiez propulsé avec bonheur (et soulagement) dans les rues de Miami, au cœur des années 1970. Le terrain de jeux idéal pour des courses poursuites d’anthologie rythmées par des virages tout en glisse négociés pleine balle.

Parmi tous les points forts de ce Driver, on peut évidemment noter son ambiance seventies aux petits oignons, ses vieilles américaines aux suspat’ chewing-gum et aux mouvements de caisse très prononcés ultraréalistes (pour l’époque), et sa réalisation très cinématographique. Un mode Réalisateur permettait même de se prendre pour Scorsese. À tout moment vous pouviez revoir l’action qui venait de se passer en modifiant les angles de caméra. Et vous pouviez même enregistrer la séquence. Mais Driver, c’est surtout le premier jeu automobile en monde ouvert qui vous permettait d’en prendre plein les yeux et les oreilles en roulant à fond, poursuivi par des hordes de voitures de police sirènes hurlantes et giros clignotants, dans les rues de Miami, Los Angeles, San Francisco et New York en 3D ! Si Gran Theft Auto était déjà en monde ouvert, il n’était qu’en 2D, la 3D n’arrivant qu’avec GTA 3 en 2001.

Si vous trouvez le moyen de faire une partie, n’oubliez pas qu’il est fortement conseillé de porter un pull à col roulé et un cuir façon Steve McQueen, de manger des Twix et de boire du Bang (ou de le manger avec les doigts, les vrais amateurs comprendront !) !

Articles associés