Seat nous fait une Twizy

La Seat Minimó est une microvoiture à batterie amovible et portières en élytre

La rédaction | Le 25 février 2019 |

En savoir plus à ce sujet :

La batterie de votre Renault Twizy fatigue ? Vous êtes à la recherche d’une nouvelle voiture-sandwich pour votre agence immobilière, votre boisson énergétique ou vos sushis à emporter ? Réjouissez-vous, la Seat Minimó est là, tout juste dévoilée au Mobile World Congress de Barcelone avant d’être exposée au salon de Genève. C’est comme une Renault Twizy, mais en espagnol. Et en concept car.

De quoi permettre à Seat de cocher tous les mots-clés du moment. « Avenir de la mobilité urbaine » ? Check. « Relever les défis de la conduite en ville et des réglementations en matière d’émissions » ? Check. Le tout en alliant bien sûr « les avantages des dimensions réduites d’une moto, à la sécurité et au confort d’une voiture de tourisme ». En somme, le cahier des charges d’un Nissan Land Glider (2009), d’une Audi Urban Concept, d’une Volkswagen Nils ou d’une Opel RAKe (2011), ou encore d’une Toyota i-Road (2013).

Evidemment électrique, cette 1+1 en tandem se démarque cependant par sa batterie amovible, ce qui lui permet de s’affranchir plus ou moins du temps de charge dans la délicate équation d’usage d’un véhicule électrique. Notamment dans le cadre d’un service d’autopartage auquel cet engin se prêterait tout particulièrement.

La Seat Minimó est longue de 2,50 m et large d’1,24 m (soit 5 cm de plus qu’une Twizy, déjà trop baraquée pour se faufiler comme un scooter). Et même si elle n’a pas l’air très accueillante au premier abord, Seat promet une longueur entre les bassins des deux occupants supérieure à ce qu’offre une Mii, et des surfaces vitrées généreuses.

Une chiffre pour l’autonomie (100 km) et puis c’est tout : a priori, ce n’est pas demain la veille que la Twizy aura une concurrente espagnole dans la rue.

Articles associés