Face aux critiques, la SSC Tuatara remet son record à plus tard

532 km/h, vraiment ? Après de sérieux doutes sur la corrélation entre la vidéo et les données GPS, la Tuatara va procéder à une nouvelle tentative de record

La rédaction | Le 2 novembre 2020 |

SSC Tuatara

En savoir plus à ce sujet :

Jerod Shelby, PDG de SSC, a publié ce week-end une déclaration sur Youtube où il indique que la Tuatara va recommencer sa tentative de record du monde de vitesse pour une voiture de série.

Le ton triomphal d’il y a deux semaines a cédé la place au battage de coulpe après que la vidéo officielle du record a été passée au crible impitoyable d’Internet, avec les youtubeurs Shmee150 et Misha Charoudin comme procureurs en chef. Conclusion : entre les vitesses annoncées et les images, il y a de toute évidence quelque chose qui cloche, et pas qu’un peu.

« Nous avons immédiatement exigé les fichiers vidéo – nous n’en avions encore eu aucun en notre possession – et en récupérant les deux premières du même run, nous avons soudain été confrontés à ces mêmes doutes, a reconnu Jerod Shelby. Et plus nous avons creusé, plus nous nous sommes inquiété qu’il y ait des doutes quant à la correspondance entre la vidéo et le GPS. »

Shelby sous-entend que les capteurs GPS Dewetron ont été mal calibrés par les ingénieurs SSC. Dewetron qui a indiqué depuis qu’aucun de ses techniciens n’était présent le jour J, et qu’il n’avait jamais eu accès aux données GPS a posteriori… Shelby a aussi reconnu un editing vidéo problématique, où les vitesses indiquées en temps réel ne correspondent pas au run qui apparaît à l’image. La vigueur avec laquelle la Tuatara accélère encore quand le pilote Oliver Webb lève le pied avait de quoi laisser songeur. À supposer qu’un record de vitesse ait bien été établi ce jour-là, il ne repose dès lors sur aucune preuve solide, ce qui amène de nombreux internautes à remettre en cause la méthodologie sinon la bonne foi de SSC.

Shelby annonce donc qu’il renonce à faire homologuer le « record » du 10 octobre et promet une nouvelle tentative, pour laquelle ils « devron[t] s’assurer de disposer de multiples équipements GPS de différents fournisseurs dans la voiture. Je veux que leurs équipes soient sur le site, qu’elles regardent par dessus notre épaule, et qu’elles analysent chaque run en détail. » Quand ? Dans un avenir très proche, annonce Shelby, qui a tout intérêt à faire oublier cet épisode embarrassant le plus vite possible.

La Tuatara ira-t-elle aussi vite qu’elle le prétend la prochaine fois ? Les différentes analyse de la première vidéo officielle estiment qu’au lieu des 531 km/h revendiqués lors du plus rapide de ses deux runs (aller et retour), la Tuatara évoluait plutôt aux alentours de 450 km/h… dans le meilleur des cas. Une vitesse déjà faramineuse dans l’absolu mais très loin de la prouesse annoncée, voire inférieure à celle relevée lors du précédent record, en béton celui-là, de la Koenigsegg Agera RS en 2017 (457 km/h en pointe, 446 km/h de moyenne sur l’aller et retour), qui plus est sur le même tronçon routier du Nevada. Rappelons que les 490 km/h de la Bugatti Chiron Super Sport en 2019 n’ont pu être homologués au Guinness faute de run retour.

Affaire à suivre…

Articles associés