À 532 km/h, la SSC Tuatara est la voiture la plus rapide du monde

Coup de tonnerre : la SSC Tuatara détrône la Bugatti Chiron Super Sport en signant un record homologué dans les deux sens à 508 km/h de moyenne

La rédaction | Le 20 octobre 2020 |

En savoir plus à ce sujet :

MÀJ du 02/11/2020 : Face aux nombreuses critiques sur la crédibilité de sa vidéo, SSC a renoncé à faire homologuer son record, et promet une nouvelle tentative dès que possible.

Cette année 2020 avait déjà été surréaliste, mais ce n’est pas terminé. Le 10 octobre dernier, sur un tronçon de route fermé de 7 km dans le désert du Nevada non loin de Las Vegas, la SSC Tuatara a en effet pulvérisé le record de 490,484 km/h signé en août 2019 par la Bugatti Chiron Super Sport sur l’autodrome d’Ehra-Lessien. Et elle l’a l’a fait dans les règles de l’art, c’est à dire en faisant le parcours dans un sens puis dans l’autre (conformément aux exigences du Guiness, qui retient la moyenne des vitesses sur les deux passages pour homologuer un record), alors que la Bugatti s’était contentée d’un run, seulement sanctionné par le TÜV allemand.

Pour atteindre une moyenne de 508,73 km/h, le pilote britannique Oliver Webb a d’abord pointé le museau de la Tuatara vers l’horizon et écrasé l’accélérateur jusqu’à atteindre 484,53 km/h lors du premier passage. Ça commence à défiler vite, mais c’était encore insuffisant pour un record.

Alors il a fait demi-tour, et a fait exactement la même chose dans la direction opposée. Cette fois, il n’a pas levé le pied avant d’atteindre 532,93 km/h, de quoi enregistrer une moyenne de 508,73 km/h et faire de la SSC Tuatara le véhicule de série le plus rapide de la planète.

C’est sur ce même bout de tarmac, la State Route 160 entre Las Vegas et Pahrump, que la Koenigsegg Agera RS avait signé le précédent record en 2017 (445 km/h). La suédoise avait elle-même succédé à la Bugatti Veyron Super Sport (431 km/h en 2010 à Ehra-Lessien, à l’époque dans les deux sens) et… à l’ancêtre de la Tuatara, la SSC Ultimate Aero, mesurée à 412 km/h en 2007 dans l’Etat de Washington.

Produite à Richlands, également dans l’Etat de Washington, la SSC Tuatara pèse 1 247 kg. Elle est animée par un V8 5.9 biturbo à vilebrequin plat développant 1 774 ch. Mais la puissance ne fait pas tout : pour atteindre sans broncher de telles vitesses, il faut pouvoir compter sur une aéro parfaitement optimisée. La carrosserie est l’oeuvre de Jason Castriota, l’homme qui a signé entre autres la Maserati Birdcage Concept, la Ferrari P4/5, la Ford Mustang Mach-E et la Saab Phoenix. Elle affiche un Cx de 0,279. C’est en bout de run que la capacité de la Tuatara à transpercer les airs est le plus impressionnante : même après les 400 km/h, le tachymètre continue de grimper sans faiblir.

« Il y avait encore de la marge, a souligné Oliver Webb une fois sa mission accomplie. Avec de meilleures conditions, je suis sûr qu’on aurait pu aller plus vite. Dans les cinq dernières secondes, la Tuatara a encore gagné 30 km/h… Elle n’était pas encore à fond. Seuls les vents de travers nous ont empêchés d’aller aux limites de la voiture. »

« Cela faisait dix ans que le record de notre première voiture, l’Ultimate Aero, était tombé. Et la Tuatara est loin devant. Sa performance reflète toute notre implication dans ce projet, salue Jerod Shelby, PDG de SSC. Nous avons approché de près les chiffres théoriques, ce qui est assez incroyable en conditions réelles sur une route publique. […] Ce retour en force de l’Amérique dans cette course au record de vitesse terrestre va être difficile à battre. »

Avec cette vitesse faramineuse, SSC a-t-il mis un point final à la course à l’armement ? Va-t-on avoir besoin d’une plus grosse planète pour faire mieux ? Si Bugatti a officiellement jeté l’éponge, on attend maintenant la réponse de Koenigsegg et Hennessey

 

Articles associés

Plus d'articles