Vous ne rêvez pas, il s’agit bien d’un tout nouveau SUV électrique… par Sony !

Les entreprises de la tech ont tenté – et échoué – de produire des voitures. Sony brisera-t-il la malédiction ?

| Le 5 janvier 2022 |

En savoir plus à ce sujet :

Très chers amis, bienvenue dans un tout nouveau SUV électrique sept places de 535 ch. Ouais, bon, jusqu’ici vous vous dites que c’est le premier d’une loooongue série de SUV électriques qui arrivera en 2022. Faisant suite à une loooooongue série de SUV électriques qui nous a occupé en 2021. Oui…mais non ! Celui-ci est différent car il a été conçu et produit par les mêmes gens à qui vous devez la Playstation sous votre télé : Sony !

Non contents de produire des téléviseurs, des appareils photo, des ordinateurs, des smartphones, des consoles de jeux, des casques audio, des barres de son, des albums de musique et des films avec des gars mordus par des araignées radioactives (qui doit super bien marché parce que j’arrive jamais à trouver de place quand je vais au ciné…), Sony se lance apparemment dans la production de SUV électrique…

… ou presque, je m’explique.

L’ordinateur déguisé en voiture que vous avez sous les yeux s’appelle Vision-S 02. Il est bourré de toute la technologie qui va bien pour un engin de ce type. Et doublé de tous les champs lexicaux indispensables du moment : connectivité, mobilité, expérience, etc.

Étonnamment, les mots qui manquent à l’appel, ceux dont vous ne trouverez aucune trace dans le communiqué » de presse de ce SUV Sony, sont « conduite autonome ». Même si elle est couverte de capteurs et tous genres et aura très probablement la capacité de se conduire toute seule ou presque, d’une manière ou d’une autre. À croire que l’idée de « conduite autonome » a été bannie.

Sony a vraiment tout fait pour nous faire croire qu’il ne s’agit « que » d’un concept, jusqu’à son nom : Vision-S 02. (Il n’y a qu’un concept car pour s’appeler Vision-S 02…) Pourtant, le géant de l’électronique grand public en a profité pour créer une toute nouvelle branche de l’entreprise appelée Sony Mobility Incorporated, dans le but « d’explorer l’entrée sur le marché des véhicules électriques ». De plus, le concept Vision de Sony d’il y a deux ans – celui qui ne devait être considéré que comme une vitrine technologique – a depuis passé un peu de temps à faire des tests sur route.

Bien sûr, nous avons déjà vu des entreprises de la tech essayer de faire le saut dans la mobilité. Souvent avec des résultats qui empêchent les investisseurs de dormir la nuit. Et pas pour décider quel sera leur nouveau yacht… Sir James Dyson, célèbre inventeur de ses aspirateurs et… des sêches-mains qui ont envahi les toilettes des stations-services, un homme si doué en génie électrique qu’il en a obtenu le titre de Lord, a fini par jeté son projet de véhicule électrique pourtant bien avancé lorsqu’il a découvert que cela coûterait une vétritable fortune avant d’être, éventuellement, rentable.

Même Google a abandonné sa petite voiture bulle autonome. Bon, ils ont quand-même gardé le nom du projet et l’ont collé sur des Toyota et de Chrysler. Apple laisse circuler des rumeurs sur une Apple Car depuis des années et… Pour le moment, tout ce qu’on a eu c’est Apple CarPlay…

Et, contrairement aux erreurs (et aux bonnes pâtes à la carbo… j’ai faim), les voitures sont des choses complexes à réaliser. Pensez aux plus grands noms de l’industrie automobile. Maintenant, pensez à ceux qui n’ont survécu que grâce aux renflouements, aux rachats, aux restructurations, aux fusions, aux acquisitions et à tous les autres trucs du genre qui rendent les fans des pages saumon du Figaro priapiques. Et pensez maintenant aux centaines de constructeurs automobiles qui ont disparu pendant que ce groupe restreint est difficilement parvenu jusqu’ici.

Pourtant, Sony a peut-être sa chance. Contrairement à de nombreuses entreprises tech, le géant nipon réalise des bénéfices considérables et constants. Il est impliqué dans à peu près tout ce qui touche à la technologie et a même quelques billes (des calots ?) dans ce que quelqu’un qui a les moyens de se payer un avocat fiscaliste spécailiste de l’optimisatin appellerait des « solutions financières ». Nous on appelle ça des sociétés de crédit…

Il n’est donc pas impossible d’imaginer que Sony investisse reéllement dans des voitures. Qu’ils construisent réellement des voitures. Et mêrme qu’ils proposent des locations à des tarifs attractifs. Ils pourraient bien réussir.

Mais s’ils se donnent autant de mal, qu’ils lancent toute une entreprise automobile à partir de zéro et qu’ils réussissent là où tant d’autres ont échoué… plutôt que de nous sortir un SUV Sony, ils feraient mieux de nous sortir une sportive appelée Gran Turismo. Bientôt peut-être…

Articles associés