La nouvelle Suzuki Swift est là

Suzuki a complètement rafraîchi sa citadine, qui a toujours droit à une micro-hybridation et à une transmission intégrale sous une nouvelle carrosserie... à laquelle il faudra s'habituer.

La rédaction
Publié le : 6 décembre 2023

Suzuki a dévoilé la nouvelle Swift et elle a… exactement la même tête que le concept du dernier salon de Tokyo. Mais on en connaît aujourd’hui les caractéristiques, qui confirment qu’il s’agit d’une grosse évolution de la précédente.

La Swift IV (Suzuki ne compte pas les modèles importés chez nous sous cette appellation avant 2004) repose sur un empattement (2,45 m) et des voies identiques au modèle né en 2017. Sur un segment B où les dimensions ont explosé, elle reste donc agréablement compacte avec ses 3,86 m de long (+ 1 cm) pour 1,74 m de large.

Côté style, c’est toujours torturé à l’extérieur et désuet à l’intérieur, ce qui ne devrait pas l’empêcher de cultiver son charme typiquement nippon. On note le capot carrossier, la custode désormais peinte en noire pour un effet de pavillon flottant, et l’apparition d’une ceinture de caisse très marquée. Sans oublier la poignée de porte arrière qui quitte le montant C pour redescendre sur la portière elle-même.

À bord, la Swift chamboule son mobilier. Pour autant, seule la tablette centrale 9 pouces, qui surplombe maintenant la planche de bord à hauteur de regard, rappelle qu’on est bien dans les années 2020. Ce conservatisme est une bonne nouvelle pour l’ergonomie : platine de clim physique, compteurs analogiques (qui ont perdu leurs casquettes) derrière un volant inchangé, et même un vrai frein à main !

Par ailleurs, cette atmosphère à l’ancienne n’empêche pas la Swift d’embarquer désormais une aide au maintien dans la voie (de concert avec le régulateur adaptatif), un système de surveillance de l’attention du conducteur, en plus de toutes les aides à la conduite nécessaires pour faire perdre du temps au démarrage amadouer Euro NCAP de nos jours (et de temps en temps vous sauver la mise). Le freinage automatique d’urgence hérite quant à lui de neurones supplémentaires pour mieux prendre en compte les risques de collision latérale.

Le 3 cylindres 1,2 l atmosphérique à hybridation légère profite lui aussi « de nombreuses améliorations » pour plus de couple à bas régime et une consommation en baisse. Suzuki annonce ainsi 82 ch à 5 700 tr/min, 110 Nm à 4 500 tr/min et 4,8 l/100 km, à comparer aux 83 ch à 6 000 tr/min, 107 Nm à 2 800 tr/min et 4,9 l/100 km du modèle actuel. Gageons que la différence sera plus visible en pratique.

On apprend aussi que la version intégrale, spécialité de Suzuki et unique sur le segment (non, la GR Yaris, ça ne compte pas), sera toujours au menu. Chouette. On espère juste que la sympathique Swift Sport nous reviendra aussi.

Top Gear
Newsletter

Recevez les dernières news, tops et exclusivités sur votre adresse e-mail.