L’EXP 100 GT célèbre cent ans de Bentley

Bentley se souhaite un joyeux anniversaire avec ce spectaculaire concept électrique. Suivez le guide

La rédaction | Le 17 juillet 2019 |

En savoir plus à ce sujet :

Haut comme une Continental GT mais plus long qu’une Mulsanne et aussi spacieux qu’une Flying Spur, le concept du centenaire de Bentley est tout simplement colossal. Son gabarit est la première chose qui frappe. On parle tout de même d’une auto dont les portières (qui pivotent vers le haut comme sur une Lamborghini Diablo) font la longueur d’une Smart Fortwo, par exemple. Mais comme disait l’autre, le vrai luxe, c’est l’espace.

La seconde chose qui saute aux yeux est la calandre. On ne parlera pas de grille de radiateur puisque l’EXP 100 GT, censée être un avant-goût des Bentley de 2035, est évidemment électrique. La marque annonce environ 700 km d’autonomie, un 0 à 100 km/h en 2,5 s et 300 km/h en pointe. Enfin si c’était une vraie voiture, bien sûr.

La grille a une autre utilité. Parcourue de LED, elle s’illumine à volonté pour « communiquer » avec les autres usagers. Son apparence change si la voiture roule en mode autonome. « Voir ou être vu » résume le designer John Paul Gregory.

Après, il y a l’argument esthétique. « Il y a actuellement beaucoup de start-ups chez les constructeurs électriques, comme Lucid ou Faraday Future. Et elles ont montré de très belles autos, mais aucune n’affiche une identité particulière. »

« En tant que designer, j’aime l’idée de partir d’une feuille blanche. Mais c’est aussi un inconvénient, parce que toutes ces marques rentrent dans le moule des modes actuelles, et aboutissent à quelque chose d’assez similaire. Pouvoir se reposer sur un héritage est un avantage : pourquoi s’en priver ? Il suffit d’un coup d’œil sur la voiture pour savoir instinctivement que c’est une Bentley. »

Le fait que l’EXP 100 GT soit électrique a aussi permis d’explorer de nouvelles proportions. Habituellement, une voiture comme celle-ci n’est qu’un immense capot, mais ce dernier occupe ici à peine 20 % de la longueur totale. « Le pare-brise est positionné beaucoup plus en avant que d’habitude sur une Bentley » confirme John Paul Gregory. Non seulement il n’y a pas besoin de loger un gros W12 sous le capot, mais la voiture est conçue autour de l’alternative « conduire ou être conduit », qui induit un espace intérieur généreux.

En dépit de sa taille, l’EXP 100 GT n’offre que quatre places. Voire seulement deux, selon la façon dont vous configurez les sièges. Bien évidemment, on y voyage dans un luxe indescriptible et un océan de matériaux précieux. Comme du bois flotté, ou un cuir de grain de raisin (sic) issu des chutes de l’industrie viticole. L’attention portée aux détails est vraiment hors du commun par rapport à la plupart des concept cars.

Bentley affirme que l’intérieur est conçu pour renforcer « le bien-être physique et mental des passagers. » Il est lumineux, grâce au toit en verre, tandis que des capteurs biométriques épient les mouvements, les regards voire la pression sanguine des passagers pour adapter la voiture en conséquence. Tout est centralisé par le Bentley Personal Assistant, une intelligence artificielle avec laquelle les passagers peuvent notamment interagir par commande gestuelle.

Le mode « Enhance » est censé simuler les sensations de la conduite à ciel ouvert en recréant les conditions extérieures dans l’habitacle. « Cocoon », quant à lui, augmente le niveau de purification de l’air tout en opacifiant plusieurs des surfaces vitrées. « Capture » enregistre les meilleurs moments de votre virée, qui peuvent être rediffusés via la fonction « Re-Live ».

Les écrans qui parsèment l’habitacle sont de type OLED transparent, c’est à dire qu’on dirait qu’il n’y en a pas. Le design en double bulle de la planche de bord rappelle (vaguement) les Bentley actuelles, sauf que le volant peut ici s’escamoter dans le mobilier en mode autonome.

Tout ceci semble relever de la science-fiction, mais Bentley assure que la quasi totalité des idées présentes sur l’EXP 100 GT sont déjà à l’étude. Contrairement par exemple à une Citroën 19_19, tout est relié d’une façon ou d’une autre au réel.

Si les Bentley ressemblent à ça en 2035 et que vous finissez enfin par gagner au loto cette année-là, vous laisserez-vous tenter ?

Articles associés

Plus d'articles