My Ami Buggy Concept : la Citroën Ami part à l’aventure

Ou quand l'Ami se prend pour le Defender de Lara Croft...

La rédaction | Le 16 décembre 2021 |

En savoir plus à ce sujet :

La Citroën Ami (à l’essai ici) s’était déjà déguisée en voiture de police, en camionnette et en Hot Wheels. Mais en cette fin d’année semi-confinée, les designers de la marque ont eu des envies de grands espaces et de gadoue. Voici donc « My Ami Buggy Concept », que « chaque enfant de 14 à 77 ans pourrait avoir envie de mettre sur sa liste au Père Noël. »

Pour cela, le quadricyle électrique a été amputé de ses portières, remplacées en cas d’intempérie par des bouts de toile imperméable transparente façon Méhari (ou Renault Twizy). Le reste du temps, ces dernières se roulent dans des housses derrière les sièges.

Des pare-buffles font leur apparition à l’avant et à l’arrière, au cas où un lapin adulte surgirait en travers de la piste. Ils sont accompagnés de protections de bas de caisse, vissées elles aussi à même le châssis tubulaire, et d’une galerie de toit supportant une roue de secours et une énorme – à l’échelle de l’Ami…– rampe de LED. Cette dernière surplombe une inédite casquette de pare-brise pour mieux « occult[er] le soleil au zénith » pendant votre safari au cap Ferret.

Outre la livrée kaki qui remplace avantageusement le bleu layette habituel, vous aurez noté les jantes dorées chaussées de gros (là encore, question d’échelle) pneus tout-terrain, sous des ailes élargies. Les phares grillagés ne dépareraient pas sur une voiture de la Baja 1000. En revanche, pour décoller au sommet d’une dune, il va falloir de l’élan si Citroën, qui n’a donné aucune précision technique, a conservé le moteur de 8 ch et 40 Nm sur le train avant. Et pour l’aventure à proprement parler, mieux vaudra optimiser les 70 km d’autonomie de la batterie de 5,5 kWh, sachant que la galerie de toit ne va pas faire de bien à « l’aéro. »

Pour mieux encaisser les nids-de-poule sur la piste qui mène du lobby au bungalow, les deux occupants pourront compter sur une mousse de sièges à l’épaisseur doublée (7 cm au lieu de 3,5). Ceux qui ont déjà roulé sur des pavés au volant d’une Ami standard savent que ce ne sera pas un luxe. Un set de bagages dédiés a été dessiné pour s’arrimer là où il reste de la place dans l’habitacle.

Même si la marque souligne qu’il s’agit d’un concept « totalement ancré dans la vie réelle », elle n’a manifestement pas l’intention de produire l’Ami Buggy. Mais peut-être qu’en demandant gentiment au Père Noël, on verra bientôt débarquer dans la gamme une Ami des plages qui lui ressemble.

Articles associés