Audi RS6

La quatrième génération du superbreak aux Anneaux sait toujours tout faire. Mais encore mieux

Rowan HORNCASTLE • Niels de GEYER | Le 27 novembre 2019 |

Note
globale

9
10

Modèle

Audi RS6 Avant

À partir de 129 150 €

Moteur

V8 ess. 4.0 l biturbo, 600 ch, 800 Nm, BVA8, intégrale

Conso

12,5 l/100 km
CO2 : 284 g/km

Performances

0 à 100 km/h en 3,6 s
305 km/h (en option)

Poids

2 080 kg en ordre de marche

Verdict

Arrondir les angles sans rogner sur le plaisir, c'est ce qu'Audi est parvenu à réaliser sur cette RS6, quatrième du nom. À défaut d'en faire le superbreak le plus spectaculaire à conduire, cette homogénéité le rend encore plus attachant au quotidien.

Qu’est-ce que c’est ?

Une grande routière aux performances de supercar. Voilà déjà un quart de siècle, depuis la RS2 conçue avec Porsche, qu’Audi est passé maître dans l’art du break hautes performances. Cette nouvelle génération a encore gagné en sophistication, mais n’a rien perdu en vélocité. Et l’ancienne était TRÈS véloce.

Elle a l’air méchante, hein ? D’une A6 Avant standard, elle ne reprend que le toit, le hayon et les portières avant. Résultat, une présence incroyable grâce à une carrure élargie de 8 cm, un regard noir et deux bazookas en guise de sorties d’échappement.

Depuis ses débuts, la RS6 a connu une multitude de motorisations. Y compris, rappelez-vous, un V10 (sur le deuxième opus). Autres temps… La quatrième du nom reste fidèle au V8 4.0 biturbo de sa devancière, avec cette fois 600 ch et 800 Nm qui passent aux quatre roues via une boîte auto huit rapports. Et ça avance gentiment : 0 à 100 km/h en 3,6 s, 0 à 200 km/h en 12 s, et une vitesse de pointe limitée électroniquement à 280 km/h en série. Cochez le pack RS Dynamique Plus (incluant les freins céramique, pour 11 000 €) et la bride passe à 305 km/h.

Cette débauche de performances est ici associée à un coffre capable d’engloutir 1 680 l banquette rabattue, ce qui en fait une concurrente toute désignée pour la Mercedes-AMG E63 Break et la Porsche Panamera Turbo Sport Turismo. Sachant qu’à 129 150 € en prix de base, elle est 10 000 € moins chère que la première et 35 000 € moins chère que la seconde… Pas étonnant que la RS6 soit tenue en si haute estime parmi les amateurs de sportives qui ont besoin de place, mais qui ne veulent pas tomber du côté obscur de la Force avec un SUV.

Style mis à part, la nouvelle RS6 est plus subtile que la précédente. Comprenez que ce n’est plus seulement un missile sol-sol avec un coffre. Elle est multifacette, intelligente. Son V8 est équipé d’un système de désactivation de cylindres et d’une hybridation légère 48 V qui lui permet notamment de cruiser sans consommer d’essence quand les conditions sont réunies. Pas de bonus de puissance avec cette batterie dans le coffre, mais à ce chapitre, il y a de quoi voir venir. La nouvelle RS6 est aussi (encore) plus cossue à l’intérieur, avec des écrans partout et des possibilités infinies de personnalisation.

Contrairement à une E63 AMG (ou une BMW M5, qui n’existe pas en break), il n’est pas possible de déconnecter l’arbre de transmission avant. Dans la vraie vie, peu importe. La transmission intégrale permet d’exploiter en toutes circonstances une bonne partie de la cavalerie. Motricité = confiance. Par ailleurs, grâce aux roues arrière directrices et au différentiel Sport (tous deux inclus en série), la RS6 est plus agile et précise que jamais.

La suite >> AU VOLANT

En savoir plus à ce sujet :

Articles associés

Plus d'articles